La grande démission a une suite brutale - la Grande Réalisation

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

La grande démission a une suite brutale - la Grande Réalisation

28 juillet 2022

Personne ne veut parler du revers de la médaille du "rêve". Tout a commencé à la fin de l'année 2020 et s'est accéléré au printemps 2021, à tel point que l'on en a fait un terme bien connu : la Grande Démission ou son cousin le Big Quit.

L'exode massif de personnes quittant leur emploi actuel, surtout aux USA, mais assez répandu dans le monde, a été déclenché par la pandémie, mais ses racines sont bien plus profondes que le virus. La pandémie a simplement donné l'occasion aux gens de réfléchir à leur vie et revoir leurs priorités. Le résultat a été que beaucoup ont réalisé à quel point ils étaient frustrés dans leurs menottes dorées, et ont décidé que c'était fini. Ils n'allaient plus vendre leur âme pour quelques milliers de dollars.

L'équilibre entre le travail et la vie privée est soudain apparu au premier plan. Lorsqu'ils pouvaient faire aussi bien que leur "travail" dans le confort de leur maison, pourquoi voudraient-ils aller dans un bureau officiel ? De plus, s'ils pouvaient produire tout ce travail de grande qualité pour un employeur en échange de clopinettes, ne préféraient-ils pas travailler pour eux-mêmes et garder tous les bénéfices, plutôt qu'une fraction ?

Cette situation a créé un marché du travail où, pour une fois, le demandeur d'emploi a toutes les cartes en main et peut négocier des salaires plus élevés et de meilleures incitations, car les employeurs ont du mal à trouver des personnes qui acceptent de travailler pour eux.

Mais combien de temps cela peut-il durer ? Sommes-nous à une époque véritablement utopique où les gens peuvent enfin prendre le contrôle de leur vie et en faire ce qui leur plaît ? Avons-nous dépassé l'époque où un emploi conventionnel rémunéré est la norme pour la majorité de la population mondiale ?

Je ne le pense pas. En fait, je crois que la Grande Démission sera suivie d'un réveil brutal - une suite difficile que j'appelle - la Grande Réalisation.

L'économie fondamentale de la saturation

Voyons ce qui se passe actuellement, en termes purement économiques. À mesure que les gens réalisent qu'ils ne veulent pas supporter les politiques ou les incitations plutôt injustes de leur emploi actuel, ou décident de démissionner pour une autre raison, ils laissent soudain leurs employeurs avec trop de postes à pourvoir en même temps.

Malgré les taux de chômage élevés qui en résultent, il n'y a pas cette fois-ci une abondance de demandeurs d'emploi, car il s'agit d'un scénario de chômage "intentionnel", contrairement à la plupart des autres.

Cela devrait obliger les employeurs à offrir des incitations plus lucratives, des structures de travail flexibles et d'autres avantages. Ce qui, à son tour, ne manquera pas d'attirer d'autres talents, prêts à vendre leurs compétences au monde de l'entreprise pour ces conditions plus lucratives. En effet, après une brève période de pénurie de talents, le marché se retrouvera dans un état d'équilibre, mais à des niveaux d'incitation et de rémunération plus élevés.

Maintenant, les personnes qui ont participé à l'exode devront trouver un moyen de gagner de l'argent et de gagner leur vie. Il s'agira probablement d'un travail indépendant ou d'un projet entrepreneurial, qui nécessitera éventuellement plus de talents pour se développer. Mais ils devront désormais chercher des talents sur un marché qui a connu une inflation des salaires, de leur propre fait.

Et si les grandes entreprises peuvent supporter l'augmentation des salaires, les petites entreprises ne sont peut-être pas équipées pour le faire. Résultat ? Ces mêmes personnes qui ont démissionné pour devenir leur propre patron devront peut-être se remettre à la recherche des mêmes emplois qu'ils ont quittés, mais cette fois, ce ne sera pas aussi facile.

Pendant ce temps, le marché des freelances connaît également une saturation. Comme de plus en plus de personnes quittent le monde de l'entreprise pour se mettre à leur compte, c'est un marché qui connaît également une saturation. Pensez à l'industrie des applications de rencontre. Tinder ou d'autres pionniers ont réussi à gagner des parts de marché, mais depuis, il y a eu un tel afflux d'applications de rencontre que certaines des plus récentes n'ont pas réussi à s'imposer.

L'avantage du premier arrivé a disparu depuis longtemps, et l'offre tend à augmenter la demande.

La pression de la performance n'aide jamais

Aussi mauvais que soient les emplois de jour traditionnels, ils présentent quelques avantages. Il y a un risque très limité et une récompense plutôt importante et garantie. Ces démons du “9 à 5” s'accompagnent d'un certain niveau de sécurité de l'emploi et d'un flux de trésorerie régulier - quelque chose dont on ne voit la valeur que lorsqu'on l'a perdu.

Lorsque vous quittez le marché du travail traditionnel, vos factures doivent encore être payées et vos dépenses ne disparaissent pas tout simplement, mais votre chèque de paie a lui certainement disparu.

Auparavant, tout ce que vous aviez à faire était de vous présenter à votre travail et d'accomplir les tâches qui vous étaient assignées, et vous n'aviez pas vraiment besoin de vous stresser pour savoir comment vous alliez payer vos factures. Lorsque vous êtes seul, chaque dollar dépensé semble être un fardeau. Il y a la pression constante de se demander "où va être ma prochaine source de revenus ?" Ou de se demander ce qui se passera si je ne respecte pas un délai ou si le client décide de choisir un autre prestataire ?

Tout le monde ne gère pas très bien la pression, et souvent les choses partent en vrille très rapidement.

Si se vendre sur le marché du travail n'est pas une bonne idée, essayez de vous vendre vous-même.

Bien sûr, il y a toujours un certain regret lorsqu'on vous fait mettre un prix sur toutes vos connaissances et compétences. Lorsqu'une entreprise récolte la majorité des bénéfices de votre dur labeur.

Mais il y a une raison à cela, et la raison est que l'entreprise offre à vos compétences et à votre travail une sécurité et une marque derrière lesquelles se cacher. Un consultant d'un cabinet de conseil des Big Four a l'"assurance" de la qualité.

Essayez de convaincre une grande entreprise de vous laisser auditer ses comptes parce que vous avez l'expérience et les compétences requises, mais que votre entreprise s'appelle John Doe Consulting et qu'elle sera votre premier client.

Vous pourriez découvrir que ce n'est pas si facile.

Alors que la plupart d'entre nous ont des compétences, la réalité est que nous manquons souvent de la capacité ou de l'intelligence de la rue, ou même de l'assiduité et de l'épaisseur de la peau nécessaires pour être en mesure de vendre ces compétences. C'est l'un des plus gros problèmes lorsqu'on se lance à son compte.

Tout le monde n'est pas fait pour faire le travail difficile qui est nécessaire pour réussir à son compte.

Tous ces facteurs mettent un certain temps à jouer, et la Grande Démission est un phénomène trop récent pour qu'on le voie venir. Pourtant, attendez encore 12 à 18 mois, et vous verrez cette Grande Prise de conscience se manifester de manière assez significative, et nous nous demanderons alors si la Grande Démission était une révolution sage et nécessaire ou une réaction irréfléchie à tout ce que nous avons subi ces deux dernières années.


Cet article est une traduction française de “the-great-resignation-has-an-ugly-sequel-the-great-realization” écrit par Les dossiers Maverick