La progression de l’emploi non salarié dans un contexte de crise

Après avoir connu une régression dans les années 80-90, ce dernier était en nette progression depuis 2008. Qu’en est-il après cette période de transformation de grande ampleur ?

La crise sanitaire de la Covid-19 a entraîné depuis 2020 de profondes perturbations sur le marché du travail. L’emploi non salarié n’a pas été épargné. Après avoir connu une régression dans les années 80-90, ce dernier était en nette progression depuis 2008. Qu’en est-il après cette période de transformation de grande ampleur ?

L’emploi non salarié étudié à la loupe

Au sein de la catégorie des emplois non salariés, nous pouvons retrouver le chef d’entreprise, les entrepreneurs individuels, les membres des coopératives de production et les travailleurs familiaux non rémunérés (notamment dans le secteur du commerce de détail). L’emploi non salarié est bien souvent le reflet d’une volonté d’entreprendre et de travailler à son compte.

Le TNS (travailleur non salarié) n’a aucun lien de subordination dans son entreprise, ni de supérieur hiérarchique. À la place d’un salaire, il perçoit des bénéfices d’après le chiffre d’affaires effectué. Il règle lui-même ses cotisations sociales auprès de l’assurance maladie et de l’URSSAF.

Depuis 20 ans, l’emploi non salarié est en pleine progression. La création du statut d’autoentrepreneur en 2008 et le besoin de certains de sortir du salariat et de gagner en bien-être, autonomie et flexibilité ont favorisé significativement cette hausse. 75 % des travailleurs non salariés exercent tout de même une activité salariée à côté.

L’impact de la Covid-19 sur l’emploi indépendant

Fin 2019, le nombre de non salariés était estimé à 3 062 100. Dès l’annonce du premier confinement au mois de mars 2020, le monde du travail a été fortement mis à mal. L’Insee a recensé pas moins de 360 000 emplois supprimés en 2020. Une grande partie des travailleurs non salariés ont vu quant à eux leur activité stoppée nette ou fortement réduite. Leurs revenus ont également baissé drastiquement. 84 % des indépendants déclarent que la crise de la Covid-19 a perturbé leur travail, soit à cause d’une fermeture administrative, soit à la suite de retards de paiement ou contrats annulés.

Bien que des aides aient vu le jour pour venir en aide à ceux qui ont été le plus impactés par la crise, la pandémie a laissé des traces. Les travailleurs non salariés qui voyaient dans l’entreprenariat un statut avantageux sont aujourd’hui davantage à la recherche de stabilité.

L’emploi non salarié a subi des perturbations non négligeables depuis plus d’un an et demi. Ces dernières posent des questions sur l’avenir du travail non salarié. Cependant, l’auto-entreprenariat continue sa croissance avec une augmentation du nombre de micro-entreprises de 9 % en 2020.