La Fête du Travail, une tradition qui puise ses origines au XIXème siècle

En France, la Fête du Travail est le seul jour férié obligatoirement chômé mais payé. Tout travailleur réquisitionné le 1er mai bénéficie d’une rémunération doublée. Souvent associées au Régime de Vichy et au maréchal Pétain, ses racines se trouvent néanmoins sur d’autres continents et cachent une vraie histoire.

En France, la Fête du Travail est le seul jour férié obligatoirement chômé mais payé. Tout travailleur réquisitionné le 1er mai bénéficie d’une rémunération doublée. Souvent associées au Régime de Vichy et au maréchal Pétain, ses racines se trouvent néanmoins sur d’autres continents et cachent une vraie histoire.

Une fête qui n’est pas française, malgré les idées reçues

Dans le monde, les Français sont souvent perçus comme les rois de la manifestation et de la grève. Il est donc logique de penser que cette fête y trouve ses origines. Mais la réalité est bien plus complexe ! C’est aux Australiens que nous devons ce fameux jour férié. En 1856, les travailleurs décident de commencer une grève, dans le but d’obtenir une journée de travail de 8 heures. L’idée arrive alors aux oreilles des Américains, qui leur emboîtent le pas le 1er mai 1886. Une date symbolique, puisqu’elle correspond au premier jour de l’année comptable des entreprises. Le processus est alors plus chaotique : après 4 jours de manifestations, des blessés et des morts sont à déplorer.

Une évolution longue mais réussie

Il faudra attendre 1889 pour que la petite graine soit plantée en France. En hommage aux victimes américaines, le 1er mai est désormais la journée internationale des travailleurs. L’année suivante, le premier défilé a lieu. En 1891, il est reconduit mais tourne au drame et dénombre plusieurs morts. C’est bien plus tard, en 1919, que le Sénat ratifie la loi sur la journée de travail à 8 heures. En 1941, le maréchal Pétain rebaptise la Fête des Travailleurs, qui devient alors “la Fête du Travail et de la Concorde sociale”. Ce jour deviendra chômé ET payé en 1947.

Le muguet : le symbole de cette tradition

Lors du premier défilé des travailleurs le 1er mai 1890, ces derniers arborent un triangle rouge pour symboliser leurs revendications. 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisir. Il est vite remplacé par une églantine rouge, puis, par un brin de muguet en 1907. Cette fleur, célébrant le retour de la belle saison, est également considérée par un grand nombre comme un porte-bonheur. La tradition liée au muguet remonte à l’époque de Charles IX, au XVIème siècle, qui avait coutume d’en offrir aux dames de sa cour. Revenant sur le devant de la scène quatre siècles plus tard, cette fleur est désormais associée à la Fête du Travail.

Le 1er mai a une signification particulière pour tous les Français mais cette fête est aussi célébrée dans de nombreux autres pays à travers le monde. Cette année, malgré la pandémie, la tradition sera perpétuée : le muguet pourra bel et bien être vendu !