Les groupes qui financent les start-ups en devenir

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Les groupes qui financent les start-ups en devenir

12 avril 2022

Les start-ups ont des idées innovantes, les grands groupes ont des ressources financières : une belle complémentarité existe donc entre les deux. 86 % des start-ups ont d’ailleurs déjà collaboré au moins une fois au cours de leur existence avec un grand groupe. 

L’état des lieux chiffré

Selon BPI France, 59 % des start-ups se financent grâce à des fonds propres, 17 % sont soutenues par le Corporate Venture et 37 % ont recours à des business angels. Parmi les licornes, c’est-à-dire les start-ups valorisées à un milliard de dollars, elles sont 61 % à avoir fait entrer au moins un groupe à leur capital. Dans le monde, la moitié des 500 plus grands groupes est aujourd’hui en partenariat avec une start-up. L’enjeu n’est pas que financier. D’un côté, les grandes entreprises ont besoin de ce souffle nouveau pour améliorer leur image de marque. Et de l’autre, les jeunes pousses en plein développement peuvent profiter de la notoriété de leur mentor et de son expertise.

Les grands acteurs présents en France aux côtés des start-ups sont principalement issus des secteurs de l’assurance (Aviva, Maif, Allianz), de l’énergie (Total, Engie, Suez), de la mobilité (Michelin, RATP) ou encore de l’aéronautique (Thales, Safran). 

Les start-ups soutenues par l’État

Alors que le gouvernement souhaitait atteindre 25 licornes françaises d’ici 2025, l’objectif est déjà dépassé depuis le début de l’année 2022. L’État s’engage tout particulièrement dans la croissance des start-ups, pour éviter qu’elles n’aillent chercher leur financement en dehors du territoire. Notamment, la France souhaite renforcer sa force industrielle : il n’y a pour le moment qu’une seule licorne issue de l’industrie, Exotec. Dans le cadre du plan France 2030, l’État a pour projet de mobiliser 2,3 milliards d’euros pour soutenir 500 entreprises innovantes. Dès 2025, l’ambition est de créer chaque année une centaine de nouveaux sites industriels. 

Les start-ups ont une place de choix dans le paysage économique français. Soutenues aussi bien par les groupes privés que par le gouvernement, elles incarnent l’innovation du pays et la font rayonner dans le monde entier.