Bilan 2020 : les formations les plus recherchées

À huis clos pendant les deux confinements de 2020, les Français ont eu le temps de se poser les bonnes questions. La formation est revenue en force sur le devant de la scène et la crise a profondément changé nos aspirations professionnelles. Entre quête de sens et recherche de stabilité, la Covid-19 a transformé le rapport au travail.

Début 2021, la plateforme Hellowork a livré son baromètre des formations les plus recherchées par les actifs et les étudiants. Après une année 2020 riche en rebondissements et en remises en question, l’engouement pour la formation est en plein essor. Entre incertitude et volonté de changer de carrière, les Français souhaitent plus que jamais se former. Mais dans quels secteurs ? Notre analyse. 

Les travailleurs veulent donner du sens à leur travail

Il est loin le temps où les employés allaient travailler uniquement pour le salaire. Aujourd’hui, le bien-être est une valeur clé du quotidien professionnel. Et il passe évidemment par le fait de pouvoir donner du sens à son métier ! Les Français ont envie de se lever le matin pour être utiles et pour aider les autres. Les métiers du domaine social sont donc dans la lumière cette année. Hellowork remarque que les demandes de formation dans le secteur de la petite enfance ont augmenté de 76%. Un penchant qui se confirme aussi chez les étudiants, puisque les formations dans le social ont grimpé de 42%.

Se former pour rester essentiel dans l’entreprise

Il y a une autre tendance de fond qui se dégage dans ce contexte de crise. Les travailleurs ont peur pour leur emploi et ressentent le besoin d’être des collaborateurs indispensables dans leur entreprise. Ils affichent donc clairement l’envie de se former aux métiers administratifs : les demandes de formation en ASCA (Assistant de comptabilité et d’administration) ont été multipliées par 2 en 2020 ! Les cursus Comptable et Gestionnaire de paie figurent également dans le top 3 des formations. 

Il faut aussi noter que les recherches s’orientent davantage vers la montée en compétences (70%) que vers la reconversion (30%). Se sentant souvent menacés, les salariés ont envie de faire la différence, en apprenant par exemple l’anglais : les demandes ont augmenté de 113%. 

À huis clos pendant les deux confinements de 2020, les Français ont eu le temps de se poser les bonnes questions. La formation est revenue en force sur le devant de la scène et la crise a profondément changé nos aspirations professionnelles. Entre quête de sens et recherche de stabilité, la Covid-19 a transformé le rapport au travail.