Frais professionnels liés au télétravail et déduction fiscale : comment ça marche ?

Travailler à domicile engendre de nouveaux frais pour les travailleurs. Connexion internet, fournitures, matériel, chauffage, électricité : dans ces circonstances exceptionnelles, il est possible de déduire cette année des frais professionnels des impôts.

Depuis le premier confinement de mars 2020, le télétravail est la règle, dès que l’entreprise peut le mettre en place. Les salariés ont dû s’adapter rapidement à une toute nouvelle méthode de travail. Mais travailler à domicile, ce n’est pas qu’une question d’organisation : cela engendre également de nouveaux frais pour les travailleurs. Connexion internet, fournitures, matériel, chauffage, électricité : dans ces circonstances exceptionnelles, il est possible de déduire cette année des frais professionnels des impôts.

Abattement forfaitaire ou déduction des frais réels

Les salariés qui ont télétravaillé en 2020 sans recevoir d’allocation spécifique de la part de l’employeur peuvent déduire des frais professionnels lors de la déclaration fiscale de cette année. Pour chaque jour de télétravail, l’employé peut ainsi retrancher 2,5€ de son impôt sur le revenu, soit 12,5€ par semaine, 50€ par mois ou 550€ par an. Si le calcul est plus favorable, la déduction des frais exacts est aussi une option, à condition de pouvoir les justifier.

Si le salarié n’opte pas pour les frais réels, il peut bénéficier de l’abattement forfaitaire classique de 10%, qui s’applique alors sur tous les traitements et salaires déclarés.

Le cas particulier de l’allocation versée par l’employeur

Pour compenser les frais de télétravail, l’entreprise peut aussi décider de verser une allocation. Cette dernière est exonérée d’impôt sur le revenu. Quant à l’employeur, il n’aura pas non plus à s’acquitter des cotisations sociales sur le remboursement des dépenses, factures à l’appui, ou sur les indemnités forfaitaires, dans la limite des plafonds.

En cas d’allocation versée par l’employeur, le salarié peut tout de même bénéficier de l’abattement de 10%. En revanche, la déduction au réel n’est pas possible, sauf si d’autres frais ont été engagés, sans lien avec le télétravail. Que faire si les dépenses liées au home office sont supérieures au montant de la prime ? L’employé peut choisir les frais réels mais l’allocation redevient alors imposable et elle est à déclarer dans les traitements et salaires.

La déduction des frais professionnels liés au télétravail permet aux salariés de mieux s’y retrouver financièrement. Reste maintenant à savoir si cette nouvelle organisation persistera au-delà de la crise sanitaire ou si les collaborateurs retrouveront leur poste en présentiel…