Vendredi Lecture | J’ai mal au travail – Parcours en quête de sens

Au travers de 6 portraits, Catherine Mieg apporte un point de vue et un éclairage sur l'impact du monde professionnel sur la psychologie des personnes et livre des clés de compréhension des phénomènes de création de souffrance au travail

Catherine Mieg – Editions François Bourin

Catherine Mieg, clinicienne du travail, psychanalyste et consultante en management, s’est spécialisée dans l’accompagnement des salariés et des dirigeants confrontés à la souffrance au travail. 

Membre de l’équipe de recherche de l’Institut de psychodynamique du travail, elle nous livre dans cet ouvrage (que vous pouvez vous procurer via ce lien), une analyse de la relation entre les travailleurs et leur activité professionnelle. Au travers de 6 portraits, cet essai apporte un point de vue et un éclairage sur l’impact du monde professionnel sur la psychologie des personnes et livre des clés de compréhension des phénomènes de création de souffrance aux managers d’entreprises et à tous les acteurs de l’entreprise.

“On peut être malade d’inquiétude, de jalousie, d’amour ; on peut aussi tomber malade du travail”

Pour l’auteur, l’absence de sens dans le travail, la perte de reconnaissance, la dissolution des rapports internes et de la coopération dans le monde professionnel sont autant de facteurs qui conduisent à la souffrance et au Burn-out… Pour cette clinicienne, l’individualisation est devenue un poison au sein des entreprises. C’est l’analyse de ce rapport entre Humain et Travail qui est la clé de lecture et de compréhension de cette souffrance. La thèse défendue par Catherine Mieg prône la prise en compte centrale de l’activité professionnelle et l’analyse de l’interaction que les travailleurs ont avec elle pour sortir des situations de souffrance. S’inquiéter de la qualité du travail plutôt que de la qualité de vie au travail serait un préalable à l’amélioration d’une situation désastreuse pour nombre de salariés.