Critères de sélection du job idéal

Le cabinet international de recrutement et d’intérim PageGroup s’est intéressé aux critères qui façonneraient le job idéal pour les Français.

Le cabinet international de recrutement et d’intérim PageGroup s’est intéressé aux critères qui façonneraient le job idéal pour les Français.

Contrairement à une idée généralement admise, nous serions 42% à préférer rejoindre une PE/TPE plutôt qu’un grand groupe, l’esprit start-up et ses différentes composantes, telles que la flexibilité d’organisation, l’autonomie, la polyvalence des tâches ainsi que l’opportunité de travailler dans une entreprise à taille humaine constitueraient des critères déterminants. Pour les 15% préférant opter pour une embauche au sein d’une entreprise de plus de 5000 salariés, la rémunération constituerait, sans surprise, un des critères majeurs de sélection (40%). Pourtant, et d’une manière assez surprenante, les avantages financiers sont devancés par les possibilités de formation offertes par les grands groupes (43% des sondés).

À la quasi-unanimité, 95% des Français interrogés donnent la priorité à l’ambiance au travail ainsi qu’aux bonnes relations avec leurs collègues. Cette étude montre une fois encore que la quête de sens constitue une préoccupation forte et un véritable critère de sélection ; 75% des personnes interrogées affirment « être attentifs aux engagements sociaux et sociétaux des structures qu’ils rejoignent ». Isabelle Bastide, présidente du groupe, partage ce constat dans son livre « le Recrutement Réinventé », « En dix ans, nous sommes passés d’un entretien au cours duquel le candidat répondait aux questions du recruteur à des entretiens au cours desquels les recruteurs doivent répondre à de nombreuses questions de la part des futurs collaborateurs, notamment sur l’ADN de l’entreprise ».

Aujourd’hui les travailleurs accordent une grande importance au type d’entreprise qu’ils rejoignent et veillent à garder un équilibre entre leur évolution professionnelle et leur vie privée, critère important pour 81% des interrogés. Ils sont 79% à vouloir des horaires flexibles, 52% à vouloir une réduction des temps de transport et 49% à vouloir la possibilité de travailler à distance.

Lien vers article hr-voice.com