Le mécénat de compétences, une bonne formule pour les salariés et les entreprises

Le mécénat des entreprises, pour lequel elles sont libres de s’engager, peut prendre deux formes, une forme financière - la plus courante - et une en nature

Le mécénat des entreprises, pour lequel elles sont libres de s’engager, peut prendre deux formes, une forme financière – la plus courante – et une en nature. Dans ce dernier cas, il peut s’agir de dons de matériels, d’outils, de technologies ou un investissement personnel de l’entreprise et de ses collaborateurs. Ceux-ci sont alors volontaires pour apporter leurs connaissances dans l’intérêt général, auprès d’associations principalement. Les heures passées lors du mécénat doivent avoir lieu sur le temps de travail. Ce dispositif n’est en effet pas comparable au bénévolat.

Selon l’ADMICAL, organisme spécialisé dans le mécénat, ce principe a déjà séduit 24 000 entreprises. D’une manière générale, en une décennie, le mécénat d’entreprise a plus que doublé. Mais il concerne avant tout les grands groupes, plus habitués à ce fonctionnement qu’ils intègrent d’ailleurs dans leur démarche RSE. Or, les PME peuvent aussi s’engager dans un projet de mécénat de compétences. Orange a institué ce projet pour les salariés en fin de carrière depuis 2010. Ils peuvent alors offrir leurs compétences, que ce soit dans le domaine de l’organisation, de l’informatique, de la comptabilité, de la main-d’œuvre, etc. Si l’expérience des salariés seniors offre beaucoup d’avantages, les plus jeunes sont aussi encouragés à donner de leur temps. Pour eux, qui cherchent bien souvent du sens à leur travail, le mécénat leur apporte une valorisation de leur savoir-faire pour le bien commun et de nouvelles compétences pour eux-mêmes.