L’illettrisme, un handicap invisible

Le fait de pouvoir lire et écrire semble pour beaucoup un geste anodin. Cependant, pour 2,5 millions de Français, la tâche s’avère être plus compliquée au quotidien.

Le fait de pouvoir lire et écrire semble pour beaucoup un geste anodin. Cependant, pour 2,5 millions de Français, la tâche s’avère être plus compliquée au quotidien. De la lecture d’une notice de médicament à celle de panneaux d’orientation, cela devient un véritable parcours du combattant pour les personnes impactées. Au handicap, s’ajoute également la honte de ne pas savoir lire en étant adulte.

Les statistiques en France

Selon l’Insee, parmi les 2,5 millions de personnes illettrées en France, plus de la moitié a au-dessus de 45 ans. 7 % ont entre 18 et 65 ans et 9,5 % des 16-24 ans ont des difficultés de lecture. Les jeunes qui ont arrêté leur scolarité après le collège sont les plus concernés par l’illettrisme, avec un taux de 43,5 %. Les résultats mettent en lumière que l’illettrisme touche davantage les garçons : ils sont 1 sur 10 en difficulté de lecture, contre seulement 1 fille sur 20.

Il existe aussi des disparités en France selon les régions et départements. L’Aisne est particulièrement touchée avec 12,9 % de cas d’illettrisme, ainsi que la Somme, avec 12,2 %. 11 % des adultes de 18 à 65 ans sont en situation d’illettrisme dans les Hauts-de-France. D’autres départements sont concernés. C’est le cas de la Haute-Marne, du Cher et de la Seine-Saint-Denis, avec des taux qui oscillent entre 11,9 et 12,9 %.

Enfin, les chiffres sont également très importants dans les Départements et Régions d’outre-mer. En effet, le taux de personnes illettrées s’élève à 25 % à la Réunion et 28 % en Guadeloupe. Ils sont plus de 46 % de la population jeune à avoir des difficultés de lecture en Guyane et plus de 71 % à Mayotte. 

Comment agir efficacement contre l’illettrisme ?

Déclarée “grande cause nationale” en 2013, l’illettrisme revient aujourd’hui en première ligne des préoccupations gouvernementales. Vecteur d’inégalités et de difficultés, l’illettrisme est un handicap dans notre société où l’écrit est omniprésent. L’objectif est alors de proposer aux personnes concernées une prise en charge personnalisée, avec une formation et un accompagnement quotidien, afin de diminuer les répercussions sociales et psychologiques.

L’illettrisme est un véritable frein à l’embauche. Certaines entreprises proposent des formations en interne, assurées par un prestataire externe, afin de favoriser l’intégration professionnelle. Elles offrent aux salariés de nouvelles perspectives d’évolution et davantage d’autonomie. Il s’agit également d’apporter un cadre de travail plus épanouissant. L’association Stop Illettrisme est la seule qui opère en milieu professionnel. Elle compte 18 entreprises adhérentes, parmi lesquelles on peut retrouver de grands noms tels que le Crédit Agricole, les Aéroports de Paris ou encore la RATP.

L’illettrisme est à différencier de l’analphabétisme, qui touche les personnes qui n’ont pas suivi de scolarité. Dans le cas de l’illettrisme, plus le niveau d’études est élevé, meilleures sont les compétences en lecture et écriture. Les secteurs géographiques les plus touchés par ce handicap se révèlent être quant à eux la plupart du temps des zones rurales, faiblement peuplées, ou des zones urbaines sensibles.