Made in Ethiopia

23 euros par mois (26$), c’est le salaire mensuel des salariés des usines de textiles d’Ethiopie, le salaire des petites mains confectionnant les vêtements de grandes enseignes telles que Calvin Klein ou H&M vendus dans le monde.

23 euros par mois (26$), c’est le salaire mensuel des salariés des usines de textiles d’Ethiopie, le salaire des petites mains confectionnant les vêtements de grandes enseignes telles que Calvin Klein ou H&M vendus dans le monde.

Ces salariées, des femmes pour la grande majorité, seraient les moins bien payées au monde, loin derrière les salariés du Bangladesh par exemple, notoirement mal payés.

Ces chiffres édifiants ont été rendus public par le Rapport « Made in Ethiopia : Challenges in the Garment Industry’s New Frontier » du Centre STERN pour les Affaires et les Droits de l’Homme de l’Université de New York. Ce Rapport nous informe que le gouvernement Ethiopien a investi massivement dans l’industrie textile et ambitionne de devenir le principal centre manufacturier du continent Africain avec la création de grands parcs industriels, dont celui d’Hawassa sur lequel s’est penché l’étude. 

Selon le rapport, les exportations textiles représentent actuellement 145 millions de dollars par an et le Gouvernement Ethiopien mise sur 30 milliards dans les années à venir. Un objectif peu réaliste selon l’étude du fait de la faible productivité des ateliers et du fort taux de turn-over des salariés conséquences du montant excessivement bas des salaires ne permettant pas aux salariés de vivre de leur travail.