Malbouffe au boulot

Dans son livre Mindless Eating, Brian Wansink analyse notre rapport à la "malbouffe" : nos pulsions ne seraient pas liées à la faim, mais à la proximité voire même au contact visuel ou sonore...

Vos bureaux proposent des corbeilles de fruits mais étonnement votre choix s’oriente bien souvent vers les bonbons et les barres chocolatées également en libre accès .. dommage car manger trop gras, trop sucré ou trop salé altère la productivité !

Nombreuses sont les entreprises à offrir à leurs salariés fruits frais mais aussi friandises, et ce plus particulièrement aux États-Unis où un quart des salariés à accès à de la nourriture ou à des boissons gratuites au moins une fois par semaine selon une étude menée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains (Centers for Disease Control and Prevention – CDC).

Initiative louable mais néanmoins dangereuse pour notre équilibre alimentaire ; la majorité de ces aliments étant très caloriques, saturés en sucre et en sel. Dans son livre Mindless Eating, Brian Wansink analyse notre rapport à la « malbouffe » : nos pulsions ne seraient pas liées à la faim, mais à la proximité voire même au contact visuel ou sonore (votre voisin mangeant des bonbons) avec ces aliments. Être entouré de ce type de nourriture c’est donc être soumis au risque de succomber à la tentation car notre volonté serait moins puissante que le pouvoir attractif de la malbouffe ! Mais au-delà de l’impact sur notre santé et de notre poids sur la balance, c’est aussi nos capacités cognitives qui seraient menacées en présence d’aliments riches en glucides notre système digestif surproduit de l’insuline et abreuve de surcroit notre cerveau de sérotonine et de tryptophane (les hormones du sommeil). En somme, manger trop sucré tuerait notre productivité.