Panorama chiffré des métiers de l’action sociale

Travailler dans le social, c’est s’exposer à une forte charge émotionnelle au quotidien mais aussi, faire de belles rencontres et mêler l’humain à l’emploi. En 15 ans, alors que l’emploi total a progressé de 9,2%, les métiers sociaux ont gagné les suffrages des Français, avec une hausse de 45%.

1,3 million de travailleurs français ont décidé de faire carrière dans le social. Services à la personne, aide au handicap, accueil des jeunes enfants : c’est un domaine d’activité aux fortes valeurs, qui permet de donner du sens à son quotidien professionnel. Et pour les salariés qui souhaitent se reconvertir ou les jeunes en recherche de voie, ce secteur dynamique offre une multitude de débouchés. L’OCM vous révèle les chiffres de ces jobs pas comme les autres.

La répartition des travailleurs

Parmi les employés dévoués aux autres, 30% d’entre eux ont choisi de s’épanouir dans l’aide au handicap. 18% se consacrent aux personnes âgées, soit deux fois plus que pour l’accueil des jeunes enfants.

L’aide à domicile concerne 21% des travailleurs sociaux et enfin, 22% ont choisi la voie de l’action sociale générale. Dans certaines catégories socioprofessionnelles, on peut déplorer la représentation minime des femmes, mais dans le social, c’est l’inverse : elles sont présentes à 79%.

Le social : les compétences mobilisées

Certains domaines nécessitent des diplômes, c’est le cas notamment des assistants de services sociaux ou des éducateurs spécialisés. D’autres métiers privilégient l’expérience professionnelle : elle se veut rassurante, par exemple, pour prendre en charge les personnes fragiles dans le cadre de l’aide à domicile. En termes de compétences comportementales, un fil rouge entre toutes les activités du social : la communication, la capacité d’adaptation, le travail d’équipe et la prise de recul. Les employeurs sont aussi unanimes sur la nécessité de maîtriser l’informatique et la bureautique mais aussi les normes et procédures d’hygiène.

Et quand on pose la question aux principaux intéressés, 46% pensent que l’organisation et la priorisation du travail font partie du top 3 des compétences indispensables à leur profession.

Travailler dans le social, c’est s’exposer à une forte charge émotionnelle au quotidien mais aussi, faire de belles rencontres et mêler l’humain à l’emploi. En 15 ans, alors que l’emploi total a progressé de 9,2%, les métiers sociaux ont gagné les suffrages des Français, avec une hausse de 45%.