Moka.care | Une plateforme dédiée au bien-être des salariés

Coup de cœur pour une start-up qui vous veut du bien : Moka.care propose aux salariés un accompagnement pour booster leur santé mentale.

Souvent relégué au second plan, l’équilibre mental des salariés est pourtant un véritable enjeu d’actualité. Burn-out, dépression, suicide : les conséquences d’un mal-être professionnel ne sont pas à prendre à la légère… La start-up Moka.care arrive sur le marché avec sa vision innovante.

Prendre soin du bien-être de tous les collaborateurs

La santé mentale en entreprise est un sujet tabou que nous avions déjà évoqué. Ce thème qui fait débat, Moka.care en a fait son fer de lance. À l’instar de la scale-up américaine Lyra Health, la jeune pousse propose des accompagnements individuels avec des thérapeutes, des coachs ou encore des psychologues, à travers une plateforme digitale. En ligne, tous les salariés des entreprises partenaires peuvent aussi accéder à des ateliers collectifs. Maîtrise du stress, télétravail, gestion des émotions : ces réunions de groupe sont l’occasion de mettre en lumière les préoccupations des employés et de les aider à y faire face.

Replacer l’humain au centre de la croissance

1 salarié sur 2 est anxieux au travail. Quant à l’état d’hyperstress, le ratio n’est pas glorieux non plus : 1 employé sur 4. Ce constat saisissant a poussé Moka.care à agir. Et si la santé des collaborateurs est une préoccupation majeure de la start-up, la pérennité des entreprises en est aussi une. Une personne qui se sent bien est 6 fois moins absente et sa productivité augmente de 31%. Des chiffres qui font réfléchir et qui ont déjà donné envie à plus de 30 entreprises, en France et en Europe, de rejoindre l’aventure…

Aujourd’hui, 5000 collaborateurs profitent de l’accompagnement personnalisé de 40 praticiens internationaux. Cette nouvelle solution fait largement ses preuves : elle est en moyenne 20 fois plus utilisée que les outils traditionnels de soutien psychologique. Avec Moka.care, une nouvelle voix s’élève : celle des salariés. Et il semblerait bien qu’elle commence enfin à être écoutée, puisque la jeune start-up a levé 2,5 millions d’euros en février 2021…