Onboarding et offboarding : quels avantages pour les salariés ?

L'onboarding doit en effet permettre au collaborateur de comprendre le fonctionnement de l’entreprise et sa mission, et impliquer l’ensemble des salariés et des services

Depuis quelques années et avec, il faut le dire, l’apport des start-up, l’onboarding a pris une place particulière dans les entreprises. Il ne s’agit pas seulement d’accueillir les nouvelles recrues avec tous les égards possibles, mais de les intégrer dans un processus sur la durée leur permettant de se sentir bien dans leur poste et dans l’équipe. 

Les dispositifs sont variés et consistent, notamment, en des journées d’intégration au sein de l’entreprise. Même si certaines d’entre elles jouent l’onboarding sur le registre potache pendant un temps, le procédé est bien plus large. Il doit en effet permettre au collaborateur de comprendre le fonctionnement de l’entreprise et sa mission, et implique l’ensemble des salariés et des services.  

Quant à l’offboarding, il a lieu au moment où un employé quitte l’entreprise. Si cela peut paraître étrange de passer du temps à préparer une sortie, les avantages sont réels mais concernent cette fois plus l’entreprise que le salarié. L’offboarding consiste en effet à apaiser les tensions de fin de contrat et ainsi à laisser une image, sinon bonne, au moins positive, dans l’esprit de celui qui part. L’entreprise a tout à y gagner car aujourd’hui les salariés et ex-employés notent les sociétés dans lesquelles ils passent et les effets sur la marque employeur peuvent être désastreux. Pour certains salariés, cette manière de faire est aussi très commode s’ils décident finalement de revenir dans l’entreprise quelque temps plus tard. Et cela, notamment dans le cadre de CDD. Soigner une sortie autant qu’une entrée s’avère donc aussi pertinent.