Le niveau en orthographe des salariés : pourquoi est-ce si important ?

Un sondage OpinionWay pour Bescherelle explique que, parmi les 200 DRH interrogés, 92 % estiment qu’une mauvaise expression écrite est préjudiciable pour l’entreprise

Il y a une vingtaine d’années, lorsque le langage SMS proliférait à la fois sur les téléphones et dans les e-mails, d’aucuns se demandaient si l’orthographe y résisterait. Force est de constater, en 2020, que l’orthographe non seulement résiste mais qu’elle est aussi une qualité recherchée par les entreprises. 

Ainsi, les difficultés en orthographe peuvent être un frein à l’avancement d’une carrière. Certaines entreprises y voient même un risque pour leur image. Car, il faut bien le dire, l’écrit demeure un outil de travail, d’autant plus aujourd’hui en raison de la communication qui se fait à la fois par e-mail et par messagerie, ou encore dans le contenu que les salariés postent sur les réseaux sociaux professionnels tels que LinkedIn. Lorsqu’un collaborateur publie un article dans lequel les fautes se succèdent, c’est évidemment toute l’entreprise qui peut en subir les conséquences sur son image de marque. 

En février 2019, un sondage OpinionWay pour Bescherelle expliquait que, parmi les 200 DRH interrogés, 92 % estimaient qu’une mauvaise expression écrite est préjudiciable pour l’entreprise. De la phase de recrutement à celle des évaluations, l’orthographe est donc un élément essentiel dans la liste des compétences. Afin de pallier les difficultés des salariés, les entreprises prennent le problème à bras-le-corps, sans les culpabiliser. Au contraire, il s’agit de les décomplexer face à une langue difficile et de leur montrer qu’il est toujours possible de s’améliorer. Et cela, notamment grâce à des stages de remise à niveau, comme le propose le Projet Voltaire, leader dans le secteur.