Le point sur le Plan d’investissement dans les compétences lancé en 2018

Le Plan d’investissement dans les compétences (PIC) 2018-2022 a bien démarré avant d’être freiné par la crise sanitaire. Un bilan s'impose.

Le Plan d’investissement dans les compétences (PIC) 2018-2022 a bien démarré avant d’être freiné par la crise sanitaire. Cette attribution de 15 milliards d’euros avait pour but la formation chaque année d’1 million de demandeurs d’emploi, de personnes peu ou pas qualifiées et d’1 million de jeunes précaires. Qu’en est-il aujourd’hui « après » la crise sanitaire ?

Ciblant les personnes les plus éloignées de l’emploi, le dispositif a veillé à ce que les formations soient individualisées pour un accompagnement sur mesure. Les apprenants ont en outre bénéficié de périodes de formation en entreprise, ce qui représente une plus-value importante dans leur employabilité.

Décliné au niveau régional à travers les Pactes régionaux d’investissement dans les compétences (PRIC) pour accorder les formations aux besoins des territoires, ce dispositif s’est pour le moment traduit par :

  • La formation d’1 demandeur d’emploi sur 6, contre 1 sur 10 avant la mise en place du dispositif
  • 9 personnes sur 10 sont allées au bout de la formation et 8 sur 10 ont obtenu une certification au début du dispositif. Mais la crise du Covid a augmenté le taux d’abandons, passant de 7,7 % pendant le PIC et avant la pandémie, à 9,3 % depuis le début de la crise sanitaire. Le nombre de personnes certifiées a aussi connu une baisse. À partir de mars 2020, l’accès à l’emploi est également devenu plus difficile.
  • Le Plan d’investissement dans les compétences a permis de soutenir les précédents dispositifs comme les contrats d’insertion, ainsi que les nouveaux tels que #1jeune1solution, pour atteindre près de 1,2 million de formations en 2020
  • En 2020, les moins de 30 ans représentaient 40 % des bénéficiaires de ces formations

Aujourd’hui, ce Plan d’investissement dans les compétences se trouve intégré dans France Relance, le grand plan d’investissement pour faire face à la crise, avec une dotation d’1 milliard d’euros en tout.