Comment éviter la procrastination au travail ?

La procrastination est cette fâcheuse tendance à remettre à demain ce que l'on pourrait faire aujourd'hui. Dans le cadre du travail, elle se traduit souvent par éviter les tâches ingrates en les repoussant au lendemain...

La procrastination (du latin procrastinatio, pro : en avant et crastinus : de demain) est cette fâcheuse tendance à remettre à demain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui. Dans le cadre du travail, elle se traduit souvent par éviter les tâches ingrates en les repoussant au lendemain et peut très vite mener à la désorganisation et la contre-productivité. Alors, quelles solutions pour lutter contre ce fléau ?

Les causes de la procrastination

Le pourcentage de procrastinateurs chroniques est estimé à environ 20 %. Ce sont des gens qui ont intégré dans leur mode de vie la procrastination, que ce soit au travail, à la maison ou dans leurs relations sociales. Selon Fuschia Sirois et Timothy Pychyl, auteurs de l’ouvrage Procrastination, health and well-being, le fait de procrastiner permet d’écouter son humeur immédiate et d’éviter le déplaisir en ne prenant pas en compte les effets négatifs futurs. Certains individus ont des traits de caractère qui favorisent cette disposition, comme l’impulsivité ou le manque de discipline. Les auteurs notent aussi que l’anxiété générée par l’accomplissement de tâches difficiles ou rébarbatives peut être responsable de cette tendance à procrastiner.

Des solutions pour lutter contre la procrastination au travail

Déjà, il faut reconnaître le problème pour pouvoir le régler. Ensuite, il est important que le travailleur s’écoute pour comprendre à quel moment il est tenté de remettre à plus tard et ce qui s’opère dans son esprit à cet instant précis.

Comprendre la mécanique lui permettra d’y résister et de se contrôler. Pour cela, il peut se demander quels bénéfices il obtiendra s’il s’attelle à la tâche immédiatement au lieu de la repousser. Par exemple, s’il tarde à rédiger un rapport, il risque d’être rappelé à l’ordre par son supérieur et cela créera des tensions dans le climat de travail. Pour Bruno Koeltz, médecin et comportementaliste, il faut se fixer des objectifs simples en osant un plan de cinq minutes, c’est-à-dire par exemple, traiter des mails pendant cinq minutes puis voir ensuite une autre tâche et y revenir. Petit à petit, le procrastinateur se débarrasse de ses mauvaises habitudes en s’accordant des pauses et en résistant à la tentation du divertissement. Jean-Bernard Gouteix, coach formateur chez Pilotis, préconise également une méthode qui consiste « à se débarrasser des encombrants » : faire tout de suite ce qui nous rebute pour garder le meilleur pour la fin.