Le nouveau dispositif de reconversion “transition collective”

Fin octobre, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a dévoilé un nouveau modèle de formation visant à aider les salariés peu qualifiés qui risquent de perdre leur emploi. Ce projet de reconversion à visée territoriale, "la transition collective", devrait voir le jour dans les semaines à venir.

En cette période de crise, les dispositifs pour aider au retour à l’emploi ou à un changement de carrière professionnelle se bousculent. Ainsi, fin octobre, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a dévoilé un nouveau modèle de formation visant à aider les salariés peu qualifiés qui risquent de perdre leur emploi. Ce projet de reconversion à visée territoriale, “la transition collective”, devrait voir le jour dans les semaines à venir.

Le principe est simple : des plates-formes locales relieront les entreprises qui ont besoin de recruter et celles qui connaissent des difficultés et dont le personnel souhaite se reconvertir. Il s’agira donc d’un dispositif en forme de vases communicants qui favorisera l’entente économique interentreprise et l’avenir professionnel des salariés. À travers cette solution, le gouvernement espère aussi éviter à ces personnes une période de chômage avant la reprise économique.

Dans les faits, un salarié, dont l’emploi est menacé et qui souhaite se reconvertir dans une profession plus porteuse localement, pourra effectuer une formation afin de rejoindre une nouvelle entreprise.Si les modalités de mise en œuvre sont encore à définir, l’État participera directement au financement de ces reconversions-embauches. Pour cela, la prise en charge de la formation et de la rémunération sera de 100 % pour les TPE/PME, 75 % pour les entreprises entre 300 et 1000 salariés, et de 40 % pour les entreprises plus importantes.