Réforme professionnelle : quels changements avec les OPCO ?

Au 1er janvier 2020, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés) au nombre de 21, vont laisser officiellement leur place aux 11 OPCO (Opérateurs de Compétences)

Au 1er janvier 2020, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés) au nombre de 21, vont laisser officiellement leur place aux 11 OPCO (Opérateurs de Compétences). Ceux-ci sont répartis entre les différentes branches professionnelles, regroupées de manière plus globale. 

Chaque entreprise est ainsi obligatoirement rattachée à un OPCO qui lui permet, entre autres :

  • De faire des demandes de formations pour ses collaborateurs.
  • D’obtenir des informations et un accompagnement sur le recrutement et la formation si l’entreprise a moins de 50 salariés.
  • De bénéficier d’un référent proche des PME et TPE.
  • D’être accompagnée sur l’alternance, la reconversion et la certification.
  • De fournir à ses salariés une information complète sur la formation professionnelle et les possibilités d’évoluer dans l’entreprise ou à l’extérieur.
  • D’être soutenue dans son recrutement au regard des mutations économiques de son territoire. 

Il n’y aura pas de changement majeur dans la prise en charge des formations, mais des améliorations. Des nouveautés apparaissent notamment, comme la Pro-A (Promotion par Alternance) qui remplace la période de professionnalisation. À l’initiative du salarié ou de l’entreprise, elle offre à un collaborateur une possibilité d’évoluer dans l’entreprise ou encore de se reconvertir.  

En parallèle, l’accompagnement et le financement des contrats d’apprentissage, tout comme l’ensemble des problématiques d’alternance, passeront désormais par les OPCO. Ces changements doivent permettre à la fois un rapprochement des entreprises avec un référent de formation et une prise en charge plus pertinente.