Les pièges de la réunionite aiguë, le mal du siècle

Selon l’étude menée par Barco et Circle Research auprès de 3 000 salariés à travers 8 pays, le temps passé en réunion chaque semaine correspond à une journée de travail complète. Pourtant, il semblerait que plus de la moitié de ces regroupements soit totalement inutile...

Selon l’étude menée par Barco et Circle Research auprès de 3 000 salariés à travers 8 pays, le temps passé en réunion chaque semaine correspond à une journée de travail complète. Pourtant, il semblerait que plus de la moitié de ces regroupements soit totalement inutile, selon les principaux intéressés.

La réunion n’est pas forcément utile à la prise de décision

Ce n’est pas tant le concept de réunion qui est pointé du doigt, mais plutôt, le fait qu’elle soit, le plus souvent, inutile. En effet, une autre étude réalisée par OpinionWay montre qu’il n’y a qu’1 réunion sur 4 qui aboutit à une prise de décision concrète. Alors, que se passe-t-il pendant ces fameuses réunions ? Apparemment, seulement 30 % du temps est utilisé pour répondre aux sujets fixés à l’ordre du jour. On déplore une perte de temps considérable : 23 % à attendre ou à répondre à des questions techniques et 26 % pour des discussions et bavardages sans rapport avec le thème de la réunion.

Les managers ont un rôle fort à jouer pour lutter contre ce phénomène

Les réunions pèsent sur la charge de travail des salariés : elles viennent alourdir un emploi du temps déjà bien rempli et 75 % des employés déclarent être obligés d’y participer. Pour pallier cette problématique grandissante en entreprise, les managers doivent réagir et rectifier le tir. Une piste d’amélioration : diminuer la durée des réunions. L’étude de Barco et Circle Research suggère 21 minutes pour une efficacité maximale. Pour rentabiliser au mieux ce temps, il convient d’envoyer l’ordre du jour avant la réunion mais aussi de définir clairement les rôles. Pour bien préparer le meeting, il est aussi possible d’avoir recours à des outils collaboratifs, qui permettent d’échanger et de partager des idées en amont. La réunion aurait alors lieu principalement pour prendre des décisions et pour avancer, l’essentiel du travail préparatoire ayant été réalisé avant.

Certaines entreprises abusent des réunions sans penser à l’impact négatif qu’elles peuvent avoir sur les salariés. Il est évident que certaines décisions doivent être prises de manière collégiale et il est d’ailleurs largement recommandé d’impliquer les collaborateurs. Cependant, il faut faire attention à ne pas tomber dans l’écueil de la réunionite aiguë : un phénomène de plus en plus visible dans le monde professionnel, qui nuit à la productivité.