Le risque routier professionnel : les chiffres officiels

Découvrez les chiffres du risque routier professionnel : l’occasion de sensibiliser les populations aux dangers de la route.

Chaque métier comporte son lot de risques, à différentes échelles, mais la route expose les salariés à tous les dangers. Une triste réalité est à constater : le risque routier professionnel est la première cause de mortalité au travail en France. Mis à jour en mai 2021, le rapport du Ministère du Travail et du Ministère de l’Intérieur fait le point sur une situation alarmante et saisit l’opportunité pour alerter et sensibiliser.

L’état des lieux du risque routier professionnel

39 % des accidents corporels de la route ont un lien avec le travail. Parmi les 54 152 personnes qui en sont victimes chaque année, 13 802 d’entre elles ont eu leur accident pendant une mission professionnelle. Pour 40 350 victimes, il a eu lieu entre le domicile et le lieu de travail. Au total, la route compte pour 10 % dans les accidents du travail mais représente 40 % des incidents mortels.

Ces accidents n’ont (heureusement) pas toujours une issue fatale mais d’autres conséquences sont à déplorer. Ils occasionnent chaque année 4,3 millions de journées d’arrêt de travail. En moyenne, on estime qu’un accident représente 79 jours d’arrêt.

Les employeurs peuvent agir pour protéger leurs salariés

Pour faire baisser les chiffres, les entreprises doivent se mobiliser. Le risque routier professionnel doit ainsi être évalué comme un risque à part entière et doit faire l’objet d’une analyse complète. Les employeurs, accompagnés par le CSE, doivent se poser les bonnes questions pour définir un plan d’action cohérent. Ensuite, ils devront déployer tout un arsenal de mesures pour organiser les déplacements, bien choisir et entretenir les véhicules et former tous les acteurs clés à la prévention du risque routier. Il est aussi nécessaire de bannir les communications pendant le temps de conduite : le téléphone au volant est à proscrire, même en Bluetooth.

Le baromètre publié par le gouvernement est inquiétant mais son objectif premier est surtout de mettre en lumière les dangers de la route. L’information est le premier pas et l’étape suivante incombe aux employeurs : ils doivent rapidement mettre en place les mesures nécessaires pour sécuriser tous les trajets professionnels de leurs salariés. Plus qu’une recommandation, c’est leur devoir : la loi leur fixe une obligation de résultat quant à la santé et la sécurité au travail (SST).