RSE et futurs diplômés

Une étude publiée par l’école de commerce EDHEC, montre que les étudiants interrogés ont, pour la plupart, une vision positive (69%) voire très positive (18%) de l’entreprise.

Une étude publiée par l’école de commerce EDHEC, montre que les étudiants interrogés ont, pour la plupart, une vision positive (69%) voire très positive (18%) de l’entreprise.

Au-delà de ce simple constat plutôt encourageant, l’analyse des résultats de l’étude permet de mettre en avant les critères principaux motivant la jeune génération.

Le panel de 2 700 étudiants interrogé réaffirme clairement le rôle central que tient l’entreprise dans le « dynamisme du monde », de par son importance pour l’emploi mais au-delà, sa fonction motrice dans l’avancement et la promotion des « grandes causes » et des changements sociétaux.

Lieu « d’aventure collective », « d’épanouissement de l’humain », l’entreprise n’est pourtant pas naïvement idéalisée par cette tranche d’âge, qui regrette une forme de verticalité structurelle qui ne lui convient plus et qu’elle estime contreproductive.

Au centre des transformations qui lui semble s’imposer pour l’entreprise, la jeune génération cite :

  • Le respect des personnes
  • Le respect des règles de développement durable
  • L’horizontalité dans l’organisation interne

Sans être représentative, de par la spécificité des étudiants en école de Commerce, cette étude traduit les nouveaux enjeux auxquels dirigeants d’entreprise et managers vont devoir s’attaquer dans les années à venir pour attirer et fidéliser les futurs salariés.

Lien vers l’étude complète