Travail et santé mentale : les salariés fragilisés par la crise

“Le travail, c’est la santé”. Cet adage populaire masque une réalité parfois bien moins glorieuse. Dépression, stress, détresse, burn-out : nous ne sommes pas tous égaux face à la vie professionnelle. Et force est de constater que l’année 2020 n’aura laissé aucun répit en termes de santé et de sécurité au travail…

“Le travail, c’est la santé”. Cet adage populaire masque une réalité parfois bien moins glorieuse. Dépression, stress, détresse, burn-out : nous ne sommes pas tous égaux face à la vie professionnelle. Et force est de constater que l’année 2020 n’aura laissé aucun répit en termes de santé et de sécurité au travail… L’épidémie a en effet fait naître chez les Français une profonde incertitude et une peur pour l’avenir : autant d’angoisses qui ont des conséquences sur leur bien-être psychique.

Les impacts de la Covid-19 décryptés dans le baromètre Cegos

Cegos, pionnier dans la formation professionnelle continue, a publié son baromètre 2020 sur le climat social dans les entreprises françaises. Une analyse qui arrive à point nommé et qui permet d’évaluer l’impact de la première vague et du confinement sur les travailleurs.

Globalement, les collaborateurs sont plutôt satisfaits de la gestion de la crise sanitaire par leur employeur (82%). Pourtant, ils sont tout de même 48% à reconnaître que la situation a augmenté leur niveau de stress. 35% estiment être dans un état d’épuisement émotionnel intense et 5% sont en burn-out sévère. 40% des salariés ont vu leur motivation professionnelle descendre en flèche. Des chiffres inquiétants, qui peuvent être endigués, à condition de déployer des mesures préventives adaptées en entreprise…

La santé mentale des travailleurs : un enjeu RH majeur

Le gouvernement n’a pas attendu la COVID-19 pour prendre au sérieux la santé mentale des salariés. En effet, la notion de “risques psychosociaux” (RPS) s’est déjà largement démocratisée depuis plusieurs années. Elle englobe toutes les souffrances subies au quotidien par les employés, dans le cadre de leur travail. Des situations parfois insignifiantes, mises bout à bout, peuvent entraîner un véritable état de stress et mener dans des cas extrêmes, malheureusement, au suicide. Pour prévenir ces risques, c’est à l’employeur de mettre en place dans sa structure les actions nécessaires : la protection de ses collaborateurs est l’un de ses plus grands devoirs. La capacité à résister à la pression a souvent tendance à devenir, à tort, un prérequis pour obtenir un poste. Pourtant, les salariés ne devraient pas avoir à subir du stress au quotidien : le dirigeant de l’entreprise est garant de leur intégrité psychique et doit tout faire pour la préserver. Car comme le rappelle l’OMS : il n’y a pas de santé, sans santé mentale.