La semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées

La SEEPH (Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées) est réalisée en partenariat avec le Secrétariat chargé des personnes en situation de handicap et des organisations françaises pour l’emploi handicap (LADAPT, Agefiph, FIPHFP).

La SEEPH (Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées) est réalisée en partenariat avec le Secrétariat chargé des personnes en situation de handicap et des organisations françaises pour l’emploi handicap (LADAPT, Agefiph, FIPHFP). L’objectif de cet évènement unique est d’aborder des sujets centraux tels que l’accès à l’apprentissage, aux études supérieures et à l’emploi pour les jeunes touchés par un handicap.

L’inclusion des personnes handicapées sur le marché du travail

Cet événement est devenu incontournable au fil des années pour les demandeurs d’emploi qui se trouvent en situation de handicap mais également pour les recruteurs. En effet, depuis 1987, les entreprises de plus de 20 salariés doivent légalement embaucher parmi leurs effectifs au moins 6 % de personnes en situation de handicap. Du côté de ces dernières, le taux de chômage reste plus élevé que celui de l’ensemble de la population.

Il s’agit par la même occasion de faire évoluer les mentalités sur le sujet, à travers des conférences et actions en région. Chaque année, cette semaine permet aussi de s’interroger sur les derniers dispositifs mis en place pour faciliter l’accueil et l’insertion des handicapés en France. Des outils de sensibilisation et de communication comme l’Activ’box sont proposés pour aller vers une ouverture à l’emploi simplifiée pour les personnes handicapées.

Des améliorations à apporter dès l’apprentissage des jeunes

La SEEPH permet de démontrer qu’il reste encore des progrès conséquents à faire, et ce, dès l’apprentissage des jeunes handicapés. En ce sens, le FIPHFP et l’Agefiph mènent des actions concrètes dans les différentes régions de France avec le programme intitulé “Cap sur les compétences, Cap sur l’apprentissage”. Il est alors question de s’adresser directement aux directeurs de CFA et aux référents handicap pour rendre plus fluide l’accès à la formation et à l’apprentissage.

Ce rendez-vous annuel permet de faire évoluer le regard porté sur les personnes handicapées et de démontrer qu’elles sont tout autant investies, motivées et capables de se former et de travailler que le reste de la population. L’enjeu est de créer une prise de conscience générale auprès du grand public. Il ne faut pas réduire une personne handicapée à son handicap, mais plutôt voir toutes les compétences qui la caractérisent.