Albus Conseil, une perpétuelle quête

Focus sur une entreprise dite "libérée" ou "en quête sur le chemin de la libération"

En 2012, Patrick Bois lançait avec son associé Charles Henri Colonna un cabinet de conseil en management, Albus Conseil. Une entreprise libérée ou plutôt “toujours en quête sur le chemin de la libération”, selon son co-fondateur. Verbatim.

“Lors de la création d’Albus Conseil, nous n’avions pas décidé de libérer notre entreprise. Nous avions certes l’envie d’étendre les libertés de nos futurs collaborateurs mais tout cela n’était pas conceptualisé.”

“Le point de départ a été le recrutement des deux premiers consultants du cabinet. Au terme de la première année, s’est posé la question du bonus. Sur quelles bases donner cette part variable de la rémunération ? Nous n’en avions aucune idée. Nous avons donc décidé d’y réfléchir tous ensemble. Nous étions alors cinq consultants. Résultat : nous avons décidé de supprimer le bonus individuel et de le transformer en intéressement. Ce fut la décision fondatrice de notre processus de libération”.

“La seconde étape, suite à des erreurs de recrutements, a été d’instaurer un système collégial de recrutement. Aujourd’hui, avec 13 consultants, par commodité nous formons un collectif mouvant de 5 à 7 personnes mais la décision finale revient toujours à l’ensemble des collaborateurs. Le principe n’est pas celui de l’unanimité mais celui d’un accord collégial qui tient compte de l’opinion minoritaire, par exemple en instaurant un plan d’action en fonction des réserves exprimées”.

“Il n’y a pas de hiérarchie. Mais de fait, les consultants les plus confirmés, à commencer par les deux fondateurs, ont parfois une plus forte influence sur les décisions. En l’occurrence, ce n’est pas la hiérarchie qui compte mais l’expérience”.

“Certes, nous passons du temps en réunions pour débattre et décider collectivement. Mais au final, nous n’avons pas de problèmes de management à gérer en matière de salaires, de congés, de planning ou d’horaires qui sont énormément chronophages dans les entreprises traditionnelles. Chez nous, quand la décision est prise, il n’y pas de justification à donner à posteriori, de contestation à gérer ou de travail de mobilisation à mener”.

“Certaines choses ne sont pas encore libérées, notamment les parties financières et budgétaires. Mais cela tient surtout à une question de compétences et aussi d’envie de s’emparer de ces sujets. Cependant, les budgets de formation pourraient bien être notre prochain chantier de libération”.

Lire aussi | Notre interview d’Isaac Getz, Professeur à l’ESCP Europe et auteur de “L’entreprise libérée” (Fayard, 2017)

Parcourir le dossier
Nos valeurs
Au sein de l’Observatoire de la Compétence Métier, notre ambition première est de remettre l’humain au centre de l’équilibre des entreprises.

Depuis sa création, l’Observatoire de la Compétence Métier s’est donné pour mission de fédérer et d’informer les professionnels et les particuliers sur la nécessaire préservation et promotion de l’humain ainsi que de la compétence métier en entreprise. Nous sommes en effet convaincus que la compétence métier et l’expertise des femmes et des hommes qui composent l’entreprise se révèlent à long terme un patrimoine inestimable.

Notre ambition, au travers de nos publications, est d’affirmer avec conviction que ces valeurs sont le véritable patrimoine de l’entreprise, la réelle valeur ajoutée et surtout la meilleure protection contre les dérives actuelles que sont la standardisation, la vision court-termiste et le nivellement par le bas des logiques d’entreprise.