FOCUS SUR : BNP : des réseaux internes très actifs

Signataire de la Charte de la diversité dès sa création en 2004, le groupe bancaire français a réellement engagé une politique en faveur de la diversité depuis une dizaine d’années.

Signataire de la Charte de la diversité dès sa création en 2004, le groupe bancaire français a réellement engagé une politique en faveur de la diversité depuis une dizaine d’années. Parmi les nombreuses actions menées en ce sens, la création de réseaux internes portant des thématiques liées à la diversité y a largement contribué. De l’association BNP Paribas Mixcity engagée pour la promotion de l’égalité professionnelle hommes-femmes à Afrinity pour le partage d’affinités avec le continent africain en passant par Happy Men, réseau d’hommes pour l’égalité professionnelle et un meilleur équilibre des temps de vie et Pride autour de la question LGBT, les initiatives n’ont pas manqué ces dernières années.

“Il s’agit pour l’essentiel d’initiatives personnelles soutenues et promues par l’entreprise. Si cela peut morceler parfois les revendications, cela a créé indéniablement une dynamique ayant permis de mettre en lumière certaines réalité dans l’entreprise” reconnaît-on de source syndicale. Lors des dernières négociations sur l’accord Diversité, signé mi-2020, le SNB CFE CGC, principal syndicat chez BNP Paribas, s’est ainsi appuyé sur les réflexions des réseaux Pride et Happy Men, notamment sur la question de la parentalité.

En matière d’égalité professionnelle hommes-femmes, BNP Paribas a été l’un des premiers signataires des Women Empowerment Principles (WEP) et partenaire de la campagne HeForShe des Nations Unies favorisant l’engagement des hommes pour plus de parité. Le groupe s’est ainsi doté d’un budget de 10 millions d’euros sur trois ans pour augmenter les salaires des femmes objectivement discriminées dans l’entreprise par rapport à leurs homologues masculins. Le groupe bancaire s’était également fixé comme objectif d’avoir plus de 25 % de femmes parmi les membres de ses Comités Exécutifs et plus de 30 % aux postes de Senior Manager d’ici 2020. De source syndicale, sur un effectif total composé à 55% voire 60% de femmes, BNP Paribas avoisinerait les 40% de cadres femmes. Le conseil d’administration compte pour sa part 6 femmes sur 14 membres. Un bémol toutefois, la direction générale reste exclusivement composée d’hommes, et seules trois femmes sur 19 personnes ont intégré le comité exécutif. Comme souvent en France, le fameux plafond de verre concernant le Top management reste une réalité.

Quant aux deux autres axes prioritaires du groupe en termes de diversité, les origines et le handicap, BNP Paribas a multiplié les partenariats avec des structures dédiées comme Télémaque (éducation), NQT (insertion professionnelle) ou Club XXIème siècle (think tank et mentoring) et signé la charte « Entreprise & Handicap » du réseau mondial de l’OIT tout en favorisant le recrutement de personnes en situation de handicap, assorti de mesures en faveur du maintien dans l’emploi et de l’accessibilité pour tous. “Sur ces thématiques comme sur les autres promues par l’entreprise, les programmes de formation et de sensibilisation existent mais ils devraient être obligatoire notamment à destination de l’encadrement“, estime un délégué syndical.

Lire aussi : La diversité en entreprise : des progrès encore modestes