Michelin : “Notre volonté est d’être inclusif”

Depuis l’impulsion donnée voilà près de 20 ans par Édouard Michelin, le fabricant de pneumatiques est devenu en France l’une des références en matière de diversité en entreprise.

Depuis l’impulsion donnée voilà près de 20 ans par Édouard Michelin, le fabricant de pneumatiques est devenu en France l’une des références en matière de diversité en entreprise. Dotée d’une direction Diversités depuis 2005, Michelin s’est donné trois grandes ambitions dans ce domaine : la lutte contre les discriminations et l’égalité des chances, l’offre d’opportunité en fonction de ses compétences et l’amélioration des processus de recrutement et d’intégration.

“Ces trois ambitions se traduisent par diverses actions concrètes comme l’opération Duo Day [pour la 3ème édition en novembre dernier, 55 personnes en situation de handicap et en recherche d’emploi ont rencontré 55 salariés Michelin pour les accompagner dans leur parcours], le recours depuis dix ans à la méthode de recrutement par simulation ou MRS qui se base, avant tout autre critère, sur l’habileté manuelle (aujourd’hui, 30% de nos agents de fabrication ne viennent pas du monde industriel et 11% sont des femmes contre 5% par le passé) ou encore notre travail sur l’ergonomie et la féminisation des postes de travail“, détaille Charles Fiessinger, Manager Diversités France chez Michelin.

Les efforts engagés par l’entreprise sont reconnus en interne même si “cela fonctionne mieux au niveau des corps intermédiaires qu’à celui des cadres dirigeants. Les formations et autres livrets ne sont pas toujours obligatoires, ceux qui y participent sont souvent déjà sensibilisés au sujet“, regrette Laure Trincal, déléguée syndicale CFE-CGC à Michelin qui constate encore “des résistances parmi certains cadres pour aménager par exemple le temps de travail en dépit d’un livret interne sur la parentalité”.

Selon Charles Fiessinger, les chiffres sont pourtant au rendez-vous : « en matière de parité, nous avions pour objectif d’atteindre 20 % de femmes salariées en 2020, et 30 % dans l’encadrement et le management. Début novembre, nous étions respectivement à 19,44% et 29,13%. En 2017, nous avions 1% de salariés en situation de handicap, nous en sommes à 4%. Quand aux alternants issues des Quartiers prioritaires de la ville, nous comptons passer de moins de 1% à 5% d’ici 2021 ». Même au plus haut niveau du management, le groupe progresse en matière de parité : il vient de nommer pour début 2021 deux nouvelles femmes à son comité exécutif portant leur nombre à quatre sur dix membres.

“Nous œuvrons tous les jours à la sensibilisation et à la formation des managers“, insiste Charles Fiessinger qui évoque “le travail réalisé sur la déconstruction des stéréotypes et des biais cognitifs ou sur la liberté religieuse au travail“. Sur ce dernier point, le Groupe a édité en 2017 et réédité cette année un livret pour les managers couvrant 80 thématiques (congés, tenue, prière…) avec des réponses concrètes. “La volonté de Michelin est d’être le plus inclusif possible“, lance Charles Fiessinger qui aime à citer la phrase de l’auteure et consultante Verna Myers : “la diversité c’est être invité à la fête, l’inclusion c’est être invité à danser“.

Lire aussi : La diversité en entreprise : des progrès encore modestes