Transition-One

Le retrofit est un procédé technique consistant à extraire l'ensemble des éléments spécifiques au moteur thermique essence ou diesel pour le remplacer par un bloc moteur 100% électrique et des batteries associées.

La start-up Transition-One propose à ses clients d’effectuer un retrofit sur leurs petits véhicules. L’équipe s’est donnée pour mission d’offrir une alternative permettant de lutter contre le changement climatique.

“Nous sommes convaincus de l’urgence climatique dans laquelle nous sommes et que des solutions simples et rapidement disponibles sont indispensables pour initier des changements profonds.”

Concrètement, le retrofit est un procédé technique consistant à extraire l’ensemble des éléments spécifiques au moteur thermique essence ou diesel pour le remplacer par un bloc moteur 100% électrique et des batteries associées.

Leur valeur ajoutée : effectuer cette opération en 4 heures et surtout, permettre une recharge du véhicule sur une prise standard sans nécessiter de pose d’une prise dédiée.

La liste des véhicules éligibles à cette transformation est déjà large et concerne de petits véhicules : Renault Twingo II, Fiat 500, Toyota Aygo, Citroën C1, Peugeot 107, Volkswagen Polo, Renault Clio 3, Peugeot 207, Citroën C3, Dacia Sandero, Mini et des utilitaires légers, Renault Kangoo, Citroën Berlingo, Peugeot Partner.

De plus, Transition-One propose une connexion avec son véhicule électrique sous forme d’une application permettant de bénéficier en temps réel d’informations de conduite personnalisées : autonomie, niveau de charge, consommation, sécurité…

Le travail ne fait que commencer et les critiques sur l’autonomie des véhicules proposés et le cout de la transformation sont légions pour le moment mais le modèle écologique présente un intérêt certain et une piste sérieuse dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Dernier obstacle :  le retrofit est pour le moment interdit en France, il est en effet impossible, sauf accord du constructeur automobile, de modifier en profondeur les éléments du véhicule et notamment sa motorisation… Un projet de loi, via un arrêté, a été transmis à la Commission européenne qui renverra le texte en ce début d’année pour adoption finale par le gouvernement français. A ce stade donc, seules des précommandes sont possibles sur le site.