Se former via la CCI de sa région

Les CCI ne s'adressent pas seulement aux créateurs d'entreprise et aux dirigeants pour les aiguiller dans leur parcours, elles sont aussi un formidable réseau de formation. Avec des parcours principalement commerciaux, elles s'adressent aux salariés, aux dirigeants, aux entrepreneurs, mais aussi aux jeunes et aux demandeurs d'emploi.

Le rôle étendu des CCI pour favoriser l’emploi et la montée en compétences.

Les CCI ne s’adressent pas seulement aux créateurs d’entreprise et aux dirigeants pour les aiguiller dans leur parcours, elles sont aussi un formidable réseau de formation. Avec des parcours principalement commerciaux, elles s’adressent aux salariés, aux dirigeants, aux entrepreneurs, mais aussi aux jeunes et aux demandeurs d’emploi.

Les CCI n’apportent pas seulement du conseil aux créateurs d’entreprise, elles ont une vocation beaucoup plus étendue. Avec des formations pour les jeunes et les adultes aux métiers du commerce et managériaux, les Chambres de Commerces et d’Industrie sont de véritables acteurs des compétences métiers sur les territoires.

Que sont les Chambres de Commerce et d’Industrie ?

Les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) sont des instances publiques, organisées autour de CCI France, qui accompagnent et conseillent les entreprises au niveau régional. Elles ont un rôle fédérateur pour favoriser le dynamisme de la vie économique des territoires et sont le relais entre tous les acteurs du monde de l’entreprise en général.

Parmi leurs prérogatives, celle de la formation en est une très importante et parfois oubliée lorsque l’on parle de CCI. Pourtant, que ce soit dans le supérieur, notamment par le biais des écoles de commerce, ou dans la formation continue, les CCI jouent un rôle fondamental.

Leur intervention vise à soutenir les compétences des territoires afin d’aider les entreprises à embaucher. Les CCI fonctionnent ainsi comme des vecteurs de cohésion et de performance entre les entreprises et les salariés.

La formation continue avec les CCI

Les CCI revendiquent chaque année 300 000 stagiaires répartis dans les 186 centres du territoire. Ce qui en fait le plus grand réseau de formation continue ! Que ce soit en présentiel ou à distance, chaque CCI propose des offres directement corrélées à la situation économique des territoires et aux besoins des entreprises. En raison de sa nature néanmoins, une CCI axe ses formations sur l’aspect commercial et industriel. Elle forme ainsi :

  • Aux métiers du commerce via le réseau Negoventis. Ces formations ont lieu dans 100 CCI à travers la France. Les jeunes qui cherchent une formation et les salariés qui veulent monter en compétences peuvent participer à ces sessions.
  • Aux métiers du management à travers un réseau de Grandes Écoles des CCI, avec des Masters et des MBA.
  • Aux langues vivantes avec pas moins de 133 centres d’études et 26 langues enseignées. Ces écoles sont réservées aux salariés des PME et des grands groupes qui souhaitent débuter l’apprentissage d’une langue ou se perfectionner. Pour cela, les CCI et les Centres d’Étude de Langues (CEL) proposent des parcours personnalisés en fonction des besoins des entreprises. Cette formation peut en outre entrer dans le cadre de la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) ou du CPF (Compte Personnel de Formation).
  • Au métier d’assistant(e) avec une trentaine de CCI qui propose des formations en Écoles Supérieures des Métiers de l’Assistant (ESMASS) et un diplôme à Bac+2.
  • De même qu’aux métiers de l’informatique avec des Écoles Supérieures d’Informatique (ESI), du design commercial, de la logistique, etc.
  • Aux métiers nécessitant une formation obligatoire comme la soudure ou l’électricité.
  • Etc.

Les CCI forment aussi les créateurs d’entreprise, les managers et les dirigeants :

  • Pour les entrepreneurs : la formation « 5 jours pour entreprendre » (business model, communication, gestion, financement, etc.)
  • Pour les managers : cette formation est dédiée aux dirigeants, aux salariés dans le cadre d’une reprise, aux entrepreneurs
  • Pour les dirigeant(e)s et leur conjoint(e) : une formation via l’Association de gestion du financement de la formation des chefs d’entreprise (AGEFICE). 20 000 formations sont dispensées chaque année.

La Certification des compétences en Entreprise (CCE)

Quel que soit leur secteur d’activités, les salariés et les demandeurs d’emploi peuvent valoriser leurs compétences à travers cette certification qui forme à différents savoir-faire commerciaux. Les CEE entrent dans le Compte Personnel de Formation (CPF).

Les autres formations par le biais des CCI

Parmi les avantages apportés par les CCI, il existe un label décerné à des formations reconnues par l’État, le plus souvent dans des Écoles de commerce. Les « Bachelors CCI » sont des cursus du supérieur, valorisés par cette certification. Elle favorise l’accès à l’emploi à l’issue de la formation et une reconnaissance de l’État. De plus, chaque parcours s’accompagne d’un semestre passé dans une école à l’étranger, permettant une ouverture à l’international. Environ 80 formations au niveau Bachelor, post-bac ou post-bac +2 ont déjà été certifiées CCI. N’hésitez pas à contacter la CCI de votre région, quel que soit votre projet professionnel dans le secteur commercial ou industriel, ou dans la création d’entreprise. Une formation adéquate vous y attend sûrement.

Nos valeurs
Au sein de l’Observatoire de la Compétence Métier, notre ambition première est de remettre l’humain au centre de l’équilibre des entreprises.

Depuis sa création, l’Observatoire de la Compétence Métier s’est donné pour mission de fédérer et d’informer les professionnels et les particuliers sur la nécessaire préservation et promotion de l’humain ainsi que de la compétence métier en entreprise. Nous sommes en effet convaincus que la compétence métier et l’expertise des femmes et des hommes qui composent l’entreprise se révèlent à long terme un patrimoine inestimable.

Notre ambition, au travers de nos publications, est d’affirmer avec conviction que ces valeurs sont le véritable patrimoine de l’entreprise, la réelle valeur ajoutée et surtout la meilleure protection contre les dérives actuelles que sont la standardisation, la vision court-termiste et le nivellement par le bas des logiques d’entreprise.