Augustin Billetdoux

Responsable de plaidoyer et partenariat chez Max Haavelar

Faire bouger les lignes, apporter des réponses concrètes à des défis sociétaux ou environnementaux, telles sont les missions que se sont fixées ces femmes et ces hommes lorsqu’ils ont décidé de rejoindre ou de créer des entreprises à impact.

Le parcours, plutôt atypique, de ce diplômé en Sciences Politiques, investi depuis la COP 13 en faveur de l’environnement, le mène à écrire un livre, assister une députée à l’Assemblée nationale, monter deux pièces de théâtre puis à travailler sur un projet d’urbanisme au coeur de la capitale, lauréat du concours “Réinventer Paris”. 

S’il décide d’entreprendre le parcours On Purpose ce n’est pas tant, contrairement à ses camarades de promotion, pour s’orienter vers un job ayant davantage de sens mais plutôt pour acquérir les rudiments du monde de l’entreprise et de l’ESS (économie sociale et solidaire). “Aujourd’hui je structure toutes mes présentations en me basant sur la formation proposée par le cabinet McKinsey. En quelques heures ils nous ont appris à analyser un problème et à présenter des solutions de la façon la plus synthétique possible à des élus, des entreprises. Le test MBTI aide à mieux comprendre son propre fonctionnement, celui des autres, les différentes manières d’aborder les enjeux et les problèmes. Ainsi l’on peut désamorcer les nombreuses tensions qui naissent d’incompréhensions, notamment en entreprise”.

Il découvre aussi le secteur de l’ESS. “Aujourd’hui j’utilise le terme d’économie à impact. Il correspond à une vision plus large, englobe des entreprises qui raisonnent différemment comme Max Haavelar France, une ONG au fonctionnement hybride. Son fonctionnement rejoint celui des entreprises à intérêt général, avec des objectifs commerciaux, de communication, un pôle marketing et un pôle plaidoyer.

Aujourd’hui chargé de ce dernier pôle au sein de Max Haavelar France, sa mission principale consiste à influencer, à oeuvrer pour le changement de pratique des entreprises ou des politiques publiques auprès des partenaires institutionnels (parlement, ministères, collectivités territoriales). “Max Haavelar est partie prenante du mouvement “Nous sommes demain”, initié par Simplon et Impact France (ex Mouves). Très active en matière de plaidoyer notamment législatif, elle souhaite porter une voie économique différente de celles des entreprises conventionnelles.  Cela rejoint ma conviction profonde, incarner les solutions permet de convaincre plus facilement les décideurs.” Pour Augustin Billetdoux l’avenir du plaidoyer passera par l’entreprise à condition que celle-ci soit exemplaire et qu’elle le montre. Que ce soit par l’encadrement des salaires ou encore une redistribution plus équitable des bénéfices entre les actionnaires et les investissements dédiés au coeur de l’activité. “En achetant des produits qui proposent des solutions environnementales ou sociales  le consommateur peut voir une différence immédiatement, c’est plus rapide qu’une loi! Et les élus font aussi confiance à un discours porté par un acteur économique.

Découvrir tous les portraits de notre série “l’économie à impact”

Portrait écrit par

Stéphanie Chemla