Dominique Farrugia

Portrait

Dominique Farrugia

Producteur et auteur du livre "Elle ne m’a jamais quitté"

19 novembre 2021

Dominique Farrugia © Astrid di Crollalanza
     
     
A l’occasion de la Semaine européenne de l’emploi des personnes handicapées, l’Observatoire de la compétence métier met en avant des personnalités, qui chacune à leur manière, oeuvrent activement à faire bouger les lignes sur le front de l’emploi des personnes handicapées. Et leur combat est quotidien car malgré la loi handicap de 2005 imposant l’obligation d’employer 6% de travailleurs handicapés, on est toujours très loin du compte. Le taux d’emploi des PH n’est encore que de 3,5 % selon la Dares (étude novembre 2021). Autant dire que Lucie Caubel, Charlotte Tourmente, Pauline Chevalier, Anne-Sophie Tuszynski, Dominique Farrugia, Yan-Eric Delpech de Frayssinet… ont encore du pain sur la planche. Portraits inspirants et engagés.

Un coup de gueule mais alors un vrai coup de gueule. L’ex Nuls (mais toujours au top des Nuls dans notre cœur), qui vit avec une sclérose en plaque (SEP) depuis une trentaine d’années, vient de prendre la plume pour raconter son quotidien, dénoncer l’invisibilité des personnes handicapées (à part en période électorale) mais aussi proposer des solutions concrètes. Après une longue période de déni, Dominique Farrugia doit, un jour de 1991, se rendre à l’évidence, la SEP est la cause de tous ces maux. La douche froide. Touché mais pas coulé : "quelque chose me maintient indéniablement en vie : mon travail. C’est grâce à lui que je trouve chaque jour la force de me lever et d’avancer. J’ai vécu tant de fabuleux moments au milieu des tourments que m’inflige chaque jour mon handicap…!", écrit-il dans « Elle ne m’a jamais quitté »*. Un travail salvateur ! Alors quand il constate que le taux d’inactivité des personnes handicapées est deux fois plus important que celui des valides, il s’emporte. "Plus de cinq cent mille d’entre nous n’ont pas de travail. Si nous sommes physiquement amputés ou empêchés, nous ne sommes en revanche pas incapables. Mieux : nous sommes plus motivés que quiconque, car conscients qu’avoir un emploi, dans notre état, est une chance. Que les patrons y songent…". Dans son « ouvrage-programme » si on osait dire, il propose même des solutions pour remédier au chômage des personnes handicapées : "Et si au lieu de distribuer des amendes aux sociétés qui ne jouent pas le jeu, on donnait des primes à celles qui emploient plus de personnes en situation de handicap", suggère-t-il.

* Éditions Robert Laffont, 19 €.