Laure Pater

Responsable d'accompagnement d'entrepreneurs sociaux

Faire bouger les lignes, apporter des réponses concrètes à des défis sociétaux ou environnementaux, telles sont les missions que se sont fixées ces femmes et ces hommes lorsqu’ils ont décidé de rejoindre ou de créer des entreprises à impact.

Après un itinéraire classique, celui d’une élève “douée à l’école”, Laure intègre une prépa avant de choisir une école d’ingénieur orientée télécom et systèmes d’information. Elle rejoint ensuite un cabinet de conseil, comme 30% des diplômés de sa filière, où elle démarre sa carrière professionnelle. Elle aime la diversité et la variété des missions ainsi que son environnement de travail sans pour autant ressentir de véritable vocation. Cinq ans plus tard, l’envie et le besoin de changement sont bien là.

“J’avais un travail prenant, me demandant beaucoup d’énergie sans m’apporter de satisfaction personnelle.” Lasse du secteur de l’informatique où elle a l’impression que l’on privilégie la rationalisation des coûts au service rendu aux utilisateurs, elle souhaite se diriger vers d’autres horizons.  A cela s’ajoute une prise de conscience accrue de l’impact social et environnemental de nos modes de vie. Attirée par le secteur de l’environnement elle ne sait vers quel métier se tourner pour trouver davantage de sens tout en capitalisant sur ses expériences et ses compétences. “J’avais conscience des dysfonctionnements dans la société et l’envie d’y apporter des réponses d’un point de vue professionnel.” Pendant le parcours On Purpose, elle découvre nombre d’initiatives positives peu connues et surtout sa voie. Si elle apprécie l’accompagnement, elle ne se voit pas salariée d’une seule et même entreprise. Elle veut désormais contribuer à faire grandir des projets à impact.

C’est chez Antropia, l’accélérateur d’entreprises sociales de l’ESSEC, qu’elle se consacre depuis maintenant deux ans et demi à cette mission. “Le poste que l’on m’a proposé correspondait exactement à ce que je voulais faire. Je me charge du recrutement des entrepreneurs, de la conception de leur parcours de formation et de sa mise en oeuvre”. Animation, formation, mais aussi mise en relation avec des entrepreneurs expérimentés et des partenaires, sont quelques-unes de ses missions. “Même si je ne suis pas entrepreneure moi-même, je suis ravie de pouvoir contribuer au développement de projets à impact, via l’accompagnement de personnes engagées.“

Et lorsqu’elle en ressent le besoin, elle s’appuie sur le réseau des anciens d’On Purpose.

Lire notre article sur On Purpose : Former les leaders de l’économie à impact

“On partage nos expériences, nos bons plans. L’effet promotion m’a beaucoup marqué. C’était fort de vivre cette transition avec d’autres gens dans une phase de questionnement similaire, de s’entraider, s’épauler. Même avec les autres promotions, des gens que je ne connaissais pas personnellement, les facilités à échanger sont assez bluffantes”. Du courage il lui en a fallu pour quitter un métier valorisé, aux revenus confortables, avec des perspectives d’évolution. “Cela reste une de mes fiertés personnelles d’avoir réussi à effectuer ce changement”.

Découvrir tous les portraits de notre série “l’économie à impact”

Portrait écrit par

Stéphanie Chemla