Mehdi Beauxis-Aussalet : Hommes-femmes : à quand la fin des inégalités ?

Portrait

Mehdi Beauxis-Aussalet : Hommes-femmes : à quand la fin des inégalités ?

Président de l’association FETE pour « Femmes Egalité Emploi »

17 juin 2022

Ils ont choisi de lutter contre les préjugés, d’œuvrer pour l’inclusion au travail des LGBT + ou pour la place des 50 ans et plus en entreprise. Voici les portraits de professionnels agissant en faveur de la diversité et de l’inclusion dans le monde du travail. Ils ont du pain sur la planche.

Ingénieur pédagogique, Mehdi Beauxis-Aussalet est aussi président de l’association FETE pour « Femmes Egalité Emploi ». Sa mission :  gommer les inégalités qui persistent, encore et toujours, entre les hommes et les femmes, dans le milieu professionnel.

Un homme qui œuvre pour les femmes, ce n’est pas si fréquent. Mais c’est le cas de Mehdi Beauxis-Aussalet, ingénieur pédagogique indépendant et président de l’association FETE pour « Femmes Egalité Emploi ». C’est en concevant, en 2010, une plateforme d’e-learning sur l’égalité entre les femmes et les hommes, qu’il a pris conscience des inégalités sociales et professionnelles touchant le sexe dit « faible » : en entreprise, à poste de valeur égal, les femmes gagnent toujours 9% de moins que les hommes et, 25% de moins, en moyenne, tous postes confondus.

«Je suis très sensible à la justice sociale, explique-t-il. Ainsi quand l’association m’a demandé de les rejoindre, je n’ai pas hésité ». D’autant qu’il le sait : être un homme rassure ceux qui s’effraient de l’action de femmes jugées trop militantes et ou trop radicales…

Sur le terrain, l’association créée en 1991, intervient sur le créneau qu’elle s’est choisie : le  milieu professionnel, de l’école à l’entreprise. Elle agit auprès de jeunes se questionnant sur leur orientation ou auprès d’adultes en reconversion. Objectif : faire sauter les stéréotypes qui voudraient que des métiers – ingénieur aéronautique, policier, informaticien… - soient réservés aux hommes. « Certaines entreprises cherchent à recruter des femmes et elles ont du mal. Nous les accompagnons dans leur démarche », explique Mehdi Beauxis-Aussalet qui multiplie les actions de sensibilisation et les rencontres du type  « job dating » ou « carrefour des métiers ». FETE, qui se déploie depuis 30 ans en Bourgogne Franche Comté, forme également des « référents harcèlement », obligatoires, depuis 2019, dans toutes les entreprises disposant d’un Comité Social et Economique. «Nous leur apprenons à gérer les violences sexistes et sexuelles sur le lieu de travail », précise le président de FETE. Enfin, l’association accompagne les syndicats dans la mise en œuvre des accords « égalité » hommes- femmes, encore peu nombreux, mais qui commencent à être signés, en entreprise. Ainsi, le sujet progresse, lentement mais sûrement. « Il faut continuer à planter des graines », conclut Mehdi Beauxis-Aussalet.