Mickaël Denis-Shi

Directeur des opérations

Faire bouger les lignes, apporter des réponses concrètes à des défis sociétaux ou environnementaux, telles sont les missions que se sont fixées ces femmes et ces hommes lorsqu’ils ont décidé de rejoindre ou de créer des entreprises à impact.

S’il rêvait de devenir vétérinaire, enfant, Mickaël Denis-Shi est “tombé” dans l’informatique après ses études. Il passe d’abord trois ans dans un groupe agroalimentaire dans le Tarn et Garonne avant de rejoindre un prestataire proposant des services informatiques aux grands groupes. Après la crise financière et l’affaire Kerviel, qu’il vit de près, il décide de s’échapper trois mois en Chine pour faire une pause et envisager de nouvelles perspectives. Passionné par l’environnement -il étudie même les rapports du GIEC!- mais ne sait pas concrètement comment trouver une voie professionnelle plus en accord avec ses aspirations.

Le déclic se produit lors d’un stage de CNV (communication non violente) au cours duquel il croise Rima Mokaiesh, la co-dirigeante du bureau français d’On Purpose.

Lire notre article sur On Purpose : Former les leaders de l’économie à impact

“Elle parlait changement de carrière avec une autre personne, listant toutes les possibilités qui existait et citant modestement à la fin de son exposé le parcours proposé par l’association. J’ai pris des notes et me suis rendu le soir même sur tous les sites Internet”.

Son premier emploi, chez Siel Bleu, une association proposant de l’activité physique adaptée aux seniors, le conduit à se charger du plaidoyer européen. “J’ai eu un coup de foudre professionnel pour cette association présente dans quatre pays, intervenant auprès de 140 000 bénéficiaires. Nous avons répondu à un appel à projet européen équivalent à un budget d’un million d’euros. C’est ma grande fierté“. Ensuite il rejoint le Samu Social où il se retrouve à coordonner, en urgence et en pleine crise sanitaire, l’aide alimentaire des familles hébergées à l’hôtel, soit près de 50 000 personnes dans toute l’ile-de-France. “On recevait des palettes alimentaires, des partenaires, notamment des supermarchés. Ce n’était pas du tout le métier du Samu social et il a fallu organiser la distribution dans toute la région!”.

Quelques mois plus tard Mickaël Denis-Shi rejoint Bleu Blanc Zèbre en tant que directeur des opérations et de la valorisation de l’association. “Nous traitons de sujets extrêmement variés organisés autour de six pôles thématiques: fraternité, éducation, santé, alimentation, logement, transition écologique. Avant l’on me reprochait un style de management trop gentil. Chez Bleu Blanc Zèbre, nous utilisons des méthodes collaboratives, favorisons l’écoute active, visant davantage à aider, à soutenir les collaborateurs plutôt qu’à les surveiller. Je ne suis pas loin du job de mes rêves!”. Il reconnait relever des challenges quotidiens, notamment sur des projets en lien avec la politique de la ville, entretient des contacts avec différents acteurs, de par sa fonction de chef de réseau et exerce son métier sans ressentir les effets de la routine. “En fin de journée, je me retrouve à avoir plein d’énergie, c’est le meilleur indice pour savoir que je suis à ma place.

Découvrir tous les portraits de notre série “l’économie à impact”

Portrait écrit par

Stéphanie Chemla