Philippe Trotin

Directeur inclusion et accessibilité numérique, Microsoft France.

Ils sont conférencier, consultant, responsable de mission handicap, entrepreneur, digital worker… et tous réussissent dans leur job. Pour eux, le handicap n’est pas un obstacle à leur épanouissement. Au contraire. Sans être des activistes forcenés, ils s’engagent tous à leur manière en faveur d’une société plus inclusive.

Directeur inclusion et accessibilité numérique, Microsoft France.

Il n’y pas encore très longtemps, on aurait présenté Philippe Trotin comme le Monsieur Handicap de Microsoft France. “J’essaie désormais de bannir le terme handicap car il peut paraitre péjoratif pour mes collègues”, argumente-t-il. Place à monsieur inclusion et accessibilité numérique donc. Un spectre plus large sur le papier mais il n’empêche qu’au quotidien, Philippe Trotin ne compte pas ses heures (et c’est un euphémisme) pour faire progresser la place des personnes handicapées au sein de Microsoft et chez les clients du géant de l’informatique. Ce cadre en poste dans la firme de Redmond depuis 23 ans, adresse en fait ce sujet depuis 5 ans. “Ma mère étant non voyante, je connais bien ce handicap depuis maintenant 51 ans”, sourit-il. Ajoutez à cela sa dysorthographie depuis sa plus tendre enfance et la perte d’un être cher et voilà tous les ingrédients réunis pour qu’il se saisissent de cette question. “Lors du décès de ma femme, je me suis évidemment remis en question. J’avais besoin d’être utile, de faire quelque chose de plus humain, et de ne pas faire de la technique pour de la technique”, se souvient-il. Grâce à un audit interne mené en plus de son boulot, il essaye de comprendre pourquoi le sujet du handicap n’était pas davantage pris en compte chez Microsoft. “Aux regards noirs qu’on me lançait parfois, je voyais bien que mes questions dérangeaient”, raconte-t-il. Mais Philippe Trotin ne s’en laisse pas compter.

Il y a 3 ans, il présente un business case sur le sujet au président de Microsoft France et émet le souhait de se consacrer à 100% à la thématique du handicap. Mais à sa façon. A savoir un job à double entrée : un volet interne et un autre orienté clients. En interne, c’est donc lui qui gère la politique handicap et négocie l’accord signé avec les partenaires sociaux en 2019. Et se charge de le faire vivre au sein de la boite. En externe, il se plait à expliquer et à démontrer aux clients que nombre d’outils (Windows et Office) comptent déjà énormément de fonctionnalités visant à faciliter la vie des travailleurs handicapés. Avec en filigrane l’idée, que dans les entreprises disposant de ces d’outils pour compenser certains handicaps, le recrutement de PH ne devrait pas être un problème. Un moyen indirect d’œuvrer en faveur de l’emploi des personnes handicapées. Comme s’il n’était assez occupé, cet accro au boulot, en full remote depuis le début du premier confinement, participe également activement au développement d’applis visant à faciliter le quotidien des personnes handicapées. Et sur ce sujet aussi, Monsieur Handicap -oups pardon Monsieur inclusion et accessibilité numérique- est intarissable. Et on ne se lasse jamais de l’écouter parler de son engagement.

Portrait écrit par

Sylvie Laidet