Sycomore AM

2020, c’est l’année des sociétés à mission. Ces entreprises se sont dotées d’une raison d’être et d’engagements sociaux et environnementaux inscrits dans leurs statuts. Elles défendent un projet collectif à impact positif et une autre vision du capitalisme. Portraits de six d’entre elles dans des secteurs aussi variés que la mode, l’assurance, le conseil, la finance, l’accompagnement des personnes âgées et l’aménagement de la maison.

Adepte de l’investissement responsable

“Humaniser l’investissement”, telle est la mission de Sycomore Asset Management. Fondée en 2001, cette boutique de gestion a creusé, au fil des années, le sillon de l’investissement socialement responsable (ISR) sur les entreprises cotées. Aujourd’hui dans le giron de Generali, elle gère avec 66 collaborateurs, 6,8 milliards € d’actifs dont 70% selon des stratégies ISR.

Ses fondateurs se sont connus à la Banque du Louvre avant de voler de leurs propres ailes. “Nous étions animés par une forte envie d’entreprendre et de fortes convictions sur notre métier d’investisseur se souvient Christine Kolb, toujours aux commandes aux côtés d’Emeric Préaubert et de Cyril Charlot. En effet, la simple lecture d’un bilan comptable n’est pas suffisante pour appréhender les leviers de performance durable d’une entreprise. Et sa valeur n’est pérenne que si elle est équitablement partagée par l’ensemble de ses parties prenantes”.

D’où l’idée d’associer critères financiers et extra-financiers en s’appuyant sur un modèle propriétaire d’analyse fondamental baptisé SPICE pour Society & Suppliers (société et fournisseurs), People (collaborateurs), Investors (actionnaires), Clients et Environnement, soit une analyse détaillée de la contribution sociétale et environnementale de l’entreprise.

“Nous analysons l’entreprise sous toutes ses coutures”, commente Christine Kolb dont les équipes vont sur le terrain pour mener l’enquête.

Au fil des années, les fondateurs se sont aperçus de l’importance du capital humain dans la performance des entreprises. D’où la création en 2015 du fonds Sycomore Happy@Work. « Il rassemble des sociétés qui ont compris que leur principal actif était leurs collaborateurs et qui investissent, en formation et accompagnement, pour faire fructifier leur capital humain », précise Christine Kolb. Et de citre, parmi elles, le groupe Schneider Electric.

D’autres fonds spécialisés et responsables vont suivre comme Sycomore Eco Solutions (capital naturel) et Sycomore Shared Growth (capital sociétal). Dernier en date : Sycomore Sustainable Tech. Lancé en septembre 2020, il sélectionne les entreprises Tech les plus vertueuses en fonction, là encore, d’une grille d’analyse maison. « L’innovation technologique ne connaît pas de limites et nous ne mesurons pas pleinement la portée de son impact sur l’environnement et la société. Il y a urgence à investir dans des entreprises développant ou utilisant la technologie de manière plus responsable», précise Christine Kolb. 

De quoi également nourrir la raison d’être de Sycomore AM : “humaniser l’investissement”. Elaborée il y a six ans, inscrite dans les statuts de la société en 2020, elle prend volontairement le contre-pied de la gestion quantitative du monde de la finance.

Ses engagements sont au nombre de six (voir ci-dessous). Parmi eux, on trouve la volonté de continuer à développer l’offre ISR de Sycomore AM et celle de renforcer sa contribution sociétale via fondation d’entreprise : elle verse 1% de son résultat d’exploitation pour aider des jeunes, en difficulté, à notamment dessiner leur projet professionnel. Son fonds Sycomore Shared Growth, finance par ailleurs en partenariat avec la Fondation Entreprendre, deux associations : Les Compagnons du Devoir et du Tour de France pour mieux soutenir la transmission des savoirs et Ardear Aura qui œuvre en faveur de l’émergence et de la transmission d’entreprises agricoles en territoires fragiles.

“Devenir entreprise à mission était pour nous une évidence et nous avons pu mesurer à quel point c’est bénéfique. Cela facilite la prise de décision,  en interne et l’autonomie des collaborateurs”, explique Christine Kolb qui a également opté, pour mieux structurer et évaluer la démarche responsable de Sycomore AM, pour le label B Corp.

Le sillon creusé par la société de gestion est aujourd’hui un boulevard. L’ISR était une affaire de conviction. Ce sera bientôt une obligation : en mars 2021, les investisseurs devront expliquer comment ils prennent en compte les enjeux liés au développement durable dans leurs décisions d’investissement et quels sont les impacts négatifs qu’elles peuvent entraîner. 

Raison d’être :

“Nous investissons pour développer une économie plus durable et inclusive et générer des impacts positifs pour l’ensemble de nos parties prenantes. Notre mission : humaniser l’investissement.”

Engagements : 

1) Mesurer et améliorer la contribution environnementale et sociétale de ses investissements en assurant transparence et pédagogie pour ses clients ;

2) Poursuivre le développement de son offre d’investissement socialement responsable visant à générer des impacts positifs, alliant sens et performance ;

3) Offrir à ses collaborateurs un cadre de travail de qualité et les associer aux décisions stratégiques à travers l’actionnariat salarié ;

4) Renforcer sa propre contribution sociétale en partageant une partie de la création de valeur avec des associations, notamment à travers la Fondation Sycomore ;

5) Déployer sa démarche d’achats responsables pour participer à la création d’écosystèmes résilients ;

6) Créer de la valeur pérenne pour ses actionnaires.

Découvrir tous les portraits “Entreprises à mission”

Portrait écrit par

Delphine Masson