Le congé de respiration : un outil de fidélisation

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Le congé de respiration : un outil de fidélisation

26 septembre 2022

Spectre du phénomène de grande démission, difficultés de recrutement, difficultés de fidélisation des salariés… Les entreprises sont confrontées à une multitude de problématiques et sont contraintes de s’adapter rapidement.  Dans ce contexte, les initiatives parfois très diverses se multiplient.

A ce titre, le congé de respiration, congé rémunéré dans le cadre d’un projet extra professionnel d’un salarié, est une nouvelle tendance en phase avec les aspirations nouvelles de certains collaborateurs.

Comment mettre en place ce nouvel outil, dans quel cadre et quels sont les atouts de cette pratique ?

Qu’est-ce-que le congé de respiration ?

Le principe du congé de respiration est la possibilité offerte par un employeur à un collaborateur de bénéficier, pour la réalisation d’un projet extra-professionnel, d’un congé rémunéré.

Ce projet peut prendre différentes formes dans des domaines extrêmement variés, à l’appréciation de l’employeur et se définit librement entre les parties. En revanche, ce congé suppose une ancienneté dans l’entreprise, ancienneté qui varie en fonction des employeurs. La rémunération maintenue correspond, en général, à une fourchette située entre 50 % et 70 % du salaire normal.

De prime abord, on peut s’interroger sur l’intérêt pour un employeur d’offrir ce type de d’opportunité à ses salariés mais les raisons profondes sont pourtant souvent très intéressantes sur le long terme.

L’intérêt pour l’employeur de la mise en place du congé de respiration

Dans la grande majorité des cas, le projet doit générer, pour le collaborateur, un levier de développement de compétences ou d’enrichissement personnel et professionnel susceptible d’être utile pour l’avenir.

L’intérêt pour l’entreprise de mettre en place ce type de politique réside dans une stratégie globale de fidélisation des collaborateurs. Les aspirations nouvelles des salariés montrent que l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle ainsi que le besoin d’expériences professionnelles disruptives sont devenus des enjeux majeurs. Aussi, il devient intéressant pour l’entreprise d’offrir cette possibilité d’épanouissement et de découverte de nouveauté en demeurant liée au collaborateur afin de s’assurer de son retour après cette expérience enrichissante.

Ce type de politique est en fait un pari sur l’avenir et s’inscrit dans un mouvement global qui tend à redéfinir la notion de carrière. La linéarité qui qualifiait autrefois l’idée de carrière fait place à des parcours plus éclectiques, plus « aventureux » et supposant donc des ruptures souvent multiples de contrats de travail. Pour s’assurer de la fidélité d’un collaborateur performant, ce type de congé peut être la solution conciliant les préoccupations des deux parties.

D’autre part, en se préoccupant de l’humain et de ses aspirations, l’entreprise s’inscrit dans un mouvement social profond qui s’affirme de plus en plus ces dernières années. Autrefois tabou, cette prise de position est désormais assumée par les entreprises. Orange, pionnière en termes de mise en place de congés de respiration, n’hésite pas, dans son communiqué de presse, à mettre en avant cette préoccupation nouvelle : « L’entreprise de demain se construit dès à présent (…) Cet accord illustre notre ambition d’inventer un nouveau modèle social permettant à chacune et chacun de se projeter avec confiance et sérénité dans sa future vie professionnelle, tout en répondant aux enjeux de croissance du Groupe. La période de crise sanitaire et économique que nous traversons nous conforte dans la conviction qui nous anime depuis dix ans : l’humain est, et reste, au cœur de notre réussite collective !»

A lire : Le congé de respiration, une pause bien méritée Miser sur l’épanouissement des collaborateurs est un pari gagnant pour les entreprises. Toutes les études montrent en effet que le seul levier du salaire ne suffit plus pour attirer ou fidéliser. Le regain de motivation généré par une expérience de ce type est une source d’engagement des collaborateurs et un outil de marque employeur puissant pour toute une nouvelle génération. La réputation étant devenue un enjeu majeur de recrutement, ce type de politique est un atout non négligeable de tropisme.