Qu'est-ce que l'abandon de poste ?

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Qu'est-ce que l'abandon de poste ?

8 avril 2022

Parfois, l'employé s'absente de son travail pour diverses causes (maladie, décès, événement particulier, etc) et réintègre son lieu de travail avec un justificatif. Mais il arrive aussi qu'il quitte son emploi sans donner de nouvelles à son employeur. Dans ce cas, il fait ce que l’on appelle un abandon de poste. Comment cela se traduit concrètement et quelles sont les conséquences d'une telle action ?

Abandon de poste : déroulement

L'abandon de poste est l'absence non justifiée de l'employé de son poste de travail pour une durée indéterminée. Cela peut être caractérisé par une absence de plusieurs jours sans nouvelles ou un départ anticipé pendant le temps de travail. L'employeur est alors en mesure de sanctionner l'employé fautif ou d'engager une procédure de licenciement pour faute grave. Si l'abandon de poste a lieu pendant la période de préavis, l'employeur peut exiger un dédommagement. Il doit d'abord demander au salarié de reprendre le travail ou de lui fournir une justification pour son absence prolongée. Une fois que l'employeur a pris connaissance de l'abandon de poste, il peut engager une procédure disciplinaire à l'encontre du salarié. Pour cela, il dispose d'un délai de deux mois.

Conséquences pour le salarié 

L'employeur a le droit de cesser de verser le salaire du salarié pendant son absence prolongée mais ce dernier peut répliquer et saisir le conseil des Prud'hommes pour prise d'acte de la rupture du contrat de travail. Le salarié peut aussi reprendre son poste s'il présente un justificatif d'absence. L'employeur peut engager une procédure disciplinaire s'il le souhaite mais il ne peut plus faire de licenciement pour faute grave puisque le salarié a repris ses fonctions.

Le salarié qui abandonne son poste peut se retourner contre son employeur en cas de licenciement s'il estime qu'il a un motif légitime pour justifier son absence. Dans ce cas, des indemnités peuvent être perçues. Si le licenciement pour faute grave est maintenu, le salarié perd ses indemnités de licenciement et de préavis mais il peut prétendre au versement de ses allocations-chômage.

Le salarié opte souvent pour un abandon de poste plutôt qu'une démission parce qu'il sait qu'il pourra bénéficier de ses allocations-chômage s'il répond à certains critères. À noter cependant que depuis janvier 2019, le salarié qui démissionne de ses fonctions peut aussi demander à percevoir son assurance chômage.