Le recrutement par simulation, une bonne solution contre le manque de qualifications ?

De nombreuses entreprises ont décidé d'opter pour la méthode de recrutement par simulation (MRS) mise en place par Pôle Emploi en 1995, mais qui a pris véritablement son essor ces dernières années.

Si le chômage recule de manière globale, ce n’est pas le cas chez les personnes peu ou pas qualifiées et en recherche d’emploi depuis longtemps. Pour pallier ces difficultés à se réinsérer sur le marché du travail, de nombreuses entreprises ont décidé d’opter pour la méthode de recrutement par simulation (MRS) mise en place par Pôle Emploi en 1995, mais qui a pris véritablement son essor ces dernières années. Cela consiste à sélectionner des candidats sur leurs aptitudes réelles dans des situations concrètes. 

Récemment, à Épernay, dans la Marne, l’enseigne Burger King a choisi ce mode de recrutement pour sélectionner ses équipiers avant son ouverture. Le besoin s’avère important avec pas moins de 80 postes à pourvoir en CDI. Préparer un sandwich en un temps précis, répondre aux clients, travailler en symbiose avec ses collègues, toutes ces situations précises sont analysées afin de trouver les meilleurs candidats. Peu importe leurs expériences ou non-expérience passées, il s’agit de mettre en avant des qualités opérationnelles et d’adaptation face aux situations qui peuvent se présenter au quotidien dans un fast-food. Ce dispositif intéresse de nombreuses entreprises, comme dans la Drôme et son secteur de la maroquinerie de luxe qui recrute régulièrement par des mises en situation en MRS, ou encore dans le Haut-Doubs, là aussi dans la confection de luxe. Ces tests, lorsqu’ils sont concluants, sont suivis d’un entretien. Certaines entreprises prévoient également des formations intensives avant la prise de poste. Ce type de recrutement, qui peut donc s’adapter à un grand nombre de secteurs, permet notamment de répondre à des besoins élevés et urgents.