Le burnout du chef d'entreprise

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Le burnout du chef d'entreprise

1 décembre 2022

L'état de santé d'une entreprise, notamment pour les TPE et les PME, est lié, en tous cas en partie, à l'état de santé de son dirigeant. La prise en considération nouvelle de l'acception psychologique de la notion de santé a mis au jour une fragilité des dirigeants d'entreprises depuis quelques années. Soumis à des facteurs de stress inhérents à la responsabilité qui leur incombe dans l'exercice de leur mission, la situation sanitaire est venue encore complexifier leur gestion. La notion, autrefois taboue, de burnout du chef d'entreprise est aujourd'hui une réalité qui ne cache plus son nom.

Des chiffres de burnout sans équivoque

Longtemps exclus de toutes les enquêtes et rapports sur les risques psychologiques, les dirigeants d'entreprise sont pourtant soumis à des facteurs communément reconnus comme générateurs de stress et de RPS. Stress, pression financière, épuisement physique, psychique et émotionnel induit par un temps de travail souvent trop important … les bases d'un terrain propice au burnout ne manquent pas.

Selon une enquête menée par l'Observatoire Amarok, les confinements et les mesures sanitaires imposées aux entreprises ont généré un épuisement professionnel inédit dans la population des chefs d'entreprise. Alors qu'avant la crise sanitaire 17,5 % d'entre eux avouait craindre cet épuisement, ce chiffre a atteint 34,65 % en 2020 puis 36,77 % en 2021…

Plus inquiétant encore, le pourcentage de dirigeants d'entreprise qui qualifiaient leur santé mentale de "pré burnout" étaient de 1,75 % en 2019 et s'établit, en mars 2021, à 10,41 %.

Les conséquences du burnout

Ce rapport corrèle en grande partie la hausse de ses chiffres à la sensation d'impuissance face à la crise dont souffre tous ces acteurs économiques. Ce sentiment de ne plus maitriser la situation et de ne pas être en mesure de prévoir, d'anticiper ou de combattre cet état de fait est générateur d'un mal-être profond et dévastateur.

Pour prendre conscience de cette réalité alarmante, il convient de se pencher sur les chiffres révélés par l'étude réalisée en 2020 par l'IFOP sur le suicide. Celle-ci nous rapporte froidement que 27 % des dirigeants d'entreprise ont eu à un moment de la crise sanitaire, des pensées suicidaires… Cette catégorie socioprofessionnelle se classe malheureusement à la première place (avec les chômeurs) de ce triste constat.

Lien vers l'étude IFOP