Vous voulez prendre de bonnes décisions stratégiques ? Évitez le paradoxe d'Abilene

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Vous voulez prendre de bonnes décisions stratégiques ? Évitez le paradoxe d'Abilene

1 août 2022

Ce paradoxe de la psychologie sociale est la raison de l'inefficacité des décisions de votre groupe.

Vous avez peut-être déjà vécu cette expérience : un membre de votre cercle d'amis vous recommande un film à regarder ensemble. Tout le monde est d'accord en apparence, même si ce film ne les enthousiasme pas. Mais ils gardent leurs sentiments secrets, pour ne les révéler que lorsque l'expérience s'avère horrible. Cela conduit à une chambre d'écho : "J'y suis allé uniquement parce que je pensais que vous vouliez tous voir le film."

Cela ne se produit pas seulement dans votre cercle d'amis, mais aussi dans les organisations. Les membres d'une équipe se mettent d'accord sur quelque chose de contraire à ce qu'ils croient, et ils choisissent de prendre une décision sous-optimale plutôt que d'argumenter leur point de vue avec l'équipe.

Cela se passe généralement comme suit : Les membres de l'équipe ne partagent pas ouvertement leurs points de vue, se donnant ainsi le (faux) sentiment qu'ils sont à l'origine de la proposition d'une "incroyable idée qui change la donne". Ils se mettent d'accord pour faire de cette idée une réalité tout en ayant des doutes et en n'y croyant pas totalement. Cela finit par engendrer de la frustration lorsque le résultat va à l'encontre de ce qu'ils s'étaient fixés, et le groupe dégénère rapidement en petits sous-groupes qui se rejettent mutuellement la responsabilité de cet échec.

Et comment peut-on les blâmer alors que les organisations modernes mettent tellement l'accent sur la conformité ou sur le fait que chacun doit avoir l'esprit d'équipe ?

Ce phénomène de psychologie sociale s'appelle le paradoxe d'Abilene et a été publié en 1974 par Jerry Harvey.

"Dans le paradoxe d'Abilene, un groupe de personnes décide collectivement d'un plan d'action qui va à l'encontre des préférences de plusieurs ou de tous les individus du groupe. Il s'agit d'une défaillance courante de la communication de groupe, chaque membre croyant à tort que ses préférences vont à l'encontre de celles du groupe et ne soulevant donc pas d'objections. Une expression courante relative au paradoxe d'Abilene est le désir de ne pas faire de vagues." – Wikipedia

De multiples raisons peuvent être à l'origine d'une prise de décision aussi inefficace de la part des équipes, à savoir

1.         Manque de sécurité psychologique dans l'équipe ;

2.         Absence d'esprit d'appropriation des membres de l'équipe ;

3.         Peur d'aller à l'encontre de la conformité sociale ;

4.         Disponibilité de l'expert perçu dans le groupe ;

5.         Le manque de temps pour délibérer.

Quelle qu'en soit la raison, j'ai observé que les dysfonctionnements dans les organisations sont davantage dus à cet état d'"harmonie apparente" ou de "faux accords" qu'à des conflits résultant d'un partage honnête des opinions. Et donc, je ne pourrais pas être plus d'accord avec Jerry Harvey : " Les organisations prennent fréquemment des mesures en contradiction avec leurs objectifs.

"Les organisations prennent fréquemment des mesures en contradiction avec ce qu'elles veulent faire et vont donc à l'encontre des objectifs mêmes qu'elles tentent d'atteindre. L'incapacité à gérer les accords, et non l'incapacité à gérer les conflits, est le symptôme essentiel qui définit les organisations prises dans la toile du paradoxe d'Abilene."

Devons-nous donc vivre avec ce paradoxe pour toujours ? Je ne suis pas sûr qu'il soit possible de se débarrasser complètement de ce paradoxe, mais voici quelques éléments qui peuvent contribuer à minimiser les dommages qu'il cause :

1.         Si vous êtes un leader, présentez votre/vos idée(s) en dernier ;

2.         S'il s'agit d'une décision importante, demandez des idées par écrit avant la réunion. Dans mon expérience, c'est ce qui a le mieux fonctionné, et je suis cette stratégie pour toutes les décisions stratégiques critiques ;

3.         Montrez votre appréciation aux personnes qui contestent ouvertement les idées ;

4.         Si vous faites partie de l'équipe de décision, exprimez-vous. Premièrement, avoir des experts ou des leaders dans votre groupe ne signifie pas qu'ils auraient toutes les réponses. Ensuite, n'est-il pas intéressant de constater que nous ne nous exprimons pas au bon moment, mais que nous trouvons une voix autoritaire pour nous plaindre par la suite, en oubliant commodément que nous avons contribué à créer le problème ? Pour reprendre les célèbres mots de Jerry Colona, nous devons nous demander :

"En quoi suis-je complice de la création des conditions que je dis ne pas vouloir ?".

Cet article est une traduction française de “ want-to-make-good-strategic-decisions-avoid-abilene-paradox écrit par Tarun Kohli