Les introvertis : un profil bénéfique pour l’entreprise ?

La place des introvertis dans l'entreprise semble peu enviable et désirable. Pourtant, ces personnalités souvent riches et complexes possèdent des atouts non négligeables pour l'entreprise.

Peu à peu mais inexorablement, la sphère professionnelle est devenue un monde d’image où la parole forte, spontanée et réactive jouit d’une valeur nécessairement positive. La forme, tant qu’elle reste audible et attrayante, prévaut malheureusement souvent sur le fond. Et ce mécanisme ne s’opère pas seulement sur les réseaux sociaux ou dans la communication externe mais prévaut également au sein des équipes. Dans cette équation, la place des introvertis semble peu enviable et désirable. Pourtant, ces personnalités souvent riches et complexes possèdent des atouts non négligeables pour l’entreprise.

Nous en connaissons tous et pourtant leur nature discrète nous les fait presque oublier… Mark Zuckerberg et Bill Gates sont des personnalités introverties par nature dont la réussite et l’efficacité professionnelle, quoi qu’on en pense, n’est plus à démontrer. Autour de nous, d’autres introvertis nous interpellent régulièrement par la finesse de leurs propos, leur capacité d’analyse ou la précision de leurs rares interventions. Leur nature nous les fait oublier ou négliger trop souvent : preuve que leur mécanisme d’auto-défense est efficace !

Les atouts des introvertis

Dans son ouvrage Les types psychologiques, Carl Gustav Jung décrit pour la première fois, en 1921, les caractéristiques d’introversion et d’extraversion en décrivant les premiers comme réfléchis, profonds et analytiques. Ces caractéristiques intéressent de plus en plus les entreprises car, au-delà de leur personnalité “décalée”, les introvertis apportent au groupe une réelle plus-value humaine.

Les personnalités introverties jouissent de qualités qui peuvent, dans le cadre du fonctionnement des équipes, se révéler décisives voire primordiales. En premier lieu, leur calme, issu directement de leur besoin de réflexion et d’introspection est un atout majeur pour l’entreprise. Il est en effet vecteur de hauteur de vue, d’analyse et de vision globale des problématiques devenant, dans un contexte de réactivité immédiate trop exacerbé, d’une grande utilité. Ce calme induit souvent une capacité d’écoute devenue une qualité rare dans un environnement professionnel tendant à promouvoir plus facilement la prise de parole et l’assurance qu’elle permet de mettre en avant.

Par ailleurs, la rareté de leurs interventions en fait la préciosité. La pertinence de leurs propos dénote souvent des conclusions traditionnelles car les introvertis sont motivés par des critères différents. L’introverti ne cherche pas à briller en groupe ou à attirer spécialement l’attention, la mise en lumière le met mal à l’aise. Aussi, lorsqu’il prend la parole, son objectif est de solutionner une problématique ou d’ouvrir une voie avant toute considération de mise en avant personnelle.

Ensuite, leur caractère les place souvent dans une culture du compromis, une capacité à la gestion des conflits et à leur résolution dans la concorde qui peut s’avérer très utile dans le fonctionnement des équipes. Là encore c’est leur faculté d’analyse qui leur confère la capacité à trouver des solutions par un rationalisme prononcé qu’ils savent mettre au service de l’efficacité.

Enfin, les introvertis, dans leur construction personnelle jouissent souvent d’une grande indépendance dans l’exercice de leur profession et surtout d’une grande autonomie dans leur organisation et leur gestion de taches. Souvent difficiles à appréhender pour les managers qui, par déformation professionnelle, ont souvent tendance à vouloir trop guider leurs équipes, ces personnalités nécessitent beaucoup moins d’attention de la part de leur hiérarchie ou de leurs collègues. Cette propension à l’isolement et à la réflexion, hors des modèles actuels prônant les vertus du brainstorming multipartite, génère, là encore, des idées novatrices, décalées et souvent pertinentes.

L’entreprise a besoin de diversité

La diversité est devenue un sujet majeur de management au sein des entreprises, mais cette diversité ne doit pas se restreindre seulement à des critères de genre, d’origine ou de milieu social, car, plus discrète, il existe une forme d’a priori négatif à l’encontre de certaines personnalités.

Les managers et les leaders d’équipes de travail ont longtemps été choisis, au-delà de leurs nécessaires compétences techniques, sur des critères de personnalité mettant en avant des qualités comme l’aisance orale, la réactivité et l’assurance. Mais la richesse de l’entreprise tient aussi à sa diversité et les critères de savoir-être deviennent de plus en plus décisifs pour la complémentarité des équipes. Aussi, les introvertis, par leurs qualités moins ostentatoires, peuvent et doivent trouver leur place dans les organisations. Les qualités énumérées plus haut, souvent reconnues aux introvertis, trouvent un écho naturel dans l’appétence nouvelle des entreprises pour les soft- skills. Il semble fondamental pour les équipes, afin de bénéficier d’une pluralité de points de vue toujours plus grande, de s’ouvrir à ses personnalités dissonantes. En effet, la richesse humaine de l’entreprise doit passer par cette ouverture à la différence. C’est elle qui enrichit le propos, combat naturellement le clonage des personnalités et des idées, elle qui peut faire jaillir par le débat les solutions nouvelles et disruptives dont peut s’enorgueillir toute structure.

Bien que faussement considérées comme antinomiques avec les postes managériaux, ces personnalités introverties font souvent le bonheur des équipes. Leur faculté d’analyse et d’écoute rompent avec les traditionnelles critiques dont souffre la profession dans la majorité des sondages d’opinion. Ils rompent avec une certaine idée du management très souvent déplorée et souvent aussi génératrice de mal être dans l’entreprise. Sur ce point comme sur tant d’autres, oser la carte de la diversité et de l’audace dans la gestion RH peut être un pari gagnant.

Parcourir le dossier
Nos valeurs
Au sein de l’Observatoire de la Compétence Métier, notre ambition première est de remettre l’humain au centre de l’équilibre des entreprises.

Depuis sa création, l’Observatoire de la Compétence Métier s’est donné pour mission de fédérer et d’informer les professionnels et les particuliers sur la nécessaire préservation et promotion de l’humain ainsi que de la compétence métier en entreprise. Nous sommes en effet convaincus que la compétence métier et l’expertise des femmes et des hommes qui composent l’entreprise se révèlent à long terme un patrimoine inestimable.

Notre ambition, au travers de nos publications, est d’affirmer avec conviction que ces valeurs sont le véritable patrimoine de l’entreprise, la réelle valeur ajoutée et surtout la meilleure protection contre les dérives actuelles que sont la standardisation, la vision court-termiste et le nivellement par le bas des logiques d’entreprise.