Voulez-vous vraiment être un manager ?

Cet article est une traduction française de do-you-really-want-to-be-a-manager écrit par Vinita.

Devenez, à votre échelle, acteur du changement ?

Vos idées nous intéressent, votre opinion nous importe et votre point de vue est essentiel.

Proposez votre contenu

Voulez-vous vraiment être un manager ?

17 janvier 2023

Chaque personne, à un moment donné de sa carrière, peut avoir besoin de se demander « Est-ce que je veux vraiment être un manager ? » La question peut sembler simple, mais la réponse ne l'est pas. Cela nécessite de creuser plus profondément et de trouver des réponses par nous-mêmes sans compter sur ce que les autres pensent être la bonne chose à faire pour nous.

La gestion peut sembler une progression de carrière naturelle pour un grand contributeur individuel, alors que ce n'est peut-être pas la meilleure façon d'élargir notre rôle. Tout comme nos décisions antérieures qui nous ont amenés dans un domaine particulier, le choix d'être gestionnaire ou non nécessite un examen attentif de nos options. La gestion n'est pas le seul moyen de grandir, d'obtenir une augmentation ou d'assumer des responsabilités supplémentaires par rapport à notre rôle actuel.

Considérez la gestion comme un labyrinthe avec une entrée simple qui nécessite de parcourir plusieurs chemins inconnus en cours de route. Il est facile de se perdre, de se sentir coincé et de perdre espoir à moins d'avoir de la patience, de la curiosité et la capacité d'apprendre de ses défis uniques. Cela nécessite de reprogrammer notre cerveau pour accepter la responsabilité non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour l'équipe et fournir les outils et les ressources nécessaires pour les aider à réussir.

J'ai vu des gens assumer des rôles de gestion sans beaucoup de clarté pour se rendre compte plus tard qu'ils sont terribles en tant que gestionnaire. Certains passent à des rôles de contributeurs individuels et d'autres continuent d'être misérables.

Tant qu'il est encore temps pour vous de sauter le pas, demandez-vous « Voulez-vous vraiment être manager ? ». Pour y répondre honnêtement, réfléchissez à ces 5 questions et trouvez des réponses par vous-même.

5 bonnes raisons de devenir manager ou de ne pas l'être

Si vous voulez embrasser le rôle de manager pleinement et pour de bonnes raisons, répondez à ces questions par vous-même, passez du temps à réfléchir à vos pensées, soyez fidèle à ce que vous ressentez, puis prenez une décision. Prenez le temps d'évaluer chacun en profondeur, il n'est pas nécessaire de se dépêcher de parcourir la liste.

RAISON #1 : Le lâcher-prise n'est pas votre truc ?

Vous sentez-vous accompli en construisant vous-même des choses, en dégageant un sens du but en approfondissant le problème et en trouvant des solutions par vous-même ? Si vous aimez être au courant des choses tout en explorant vous-même la solution et préférez passer des heures à rechercher l'espace problématique, le rôle de gestionnaire n'est peut-être pas celui qu'il vous faut.

Dans son livre, Your Brain At Work, David Rock cite le psychologue et scientifique Dr. Mihaly Csikszentmihalyi - prononcé "Cheeks-sent-me-high" - qui décrit l'état de flux comme " lorsque nous sommes immergés dans une expérience et que le temps semble rester immobile ».

En tant que manager, vous pouvez toujours avoir vos hauts, mais sous la forme de réalisations à travers les autres. Cela nécessite un changement de mentalité de la croyance que vous êtes la meilleure personne pour faire le travail et résister à la tentation de le faire vous-même.

Un responsable renforce la confiance en donnant à l'équipe les moyens de l'aider à trouver une solution par lui-même au lieu d'être celui qui fournit les solutions. Cela nécessite d'apprendre l'art de la délégation pour défier l'équipe avec un travail plus tourné vers l'avenir et les motiver à en faire plus.

Le travail d'un manager consiste à demander constamment « De quoi mon équipe a-t-elle besoin maintenant. Comment puis-je augmenter leur productivité en leur apportant un soutien ? » Cela nécessite d'apprendre les défis quotidiens de l'équipe, de passer du rôle de l'acteur au rôle du fournisseur et d'investir dans le développement de l'équipe, de la normalisation à la performance.

En résumé, si vous ne pouvez pas abandonner le désir d'apprendre par la pratique et passer à un lieu d'apprentissage par les autres, vous ne voulez probablement pas être un gestionnaire.

RAISON #2 : Aimez-vous traiter avec les humains ?

Aimez-vous broder une histoire personnelle pour chacun des membres de votre équipe en apprenant leurs personnalités, leurs aspirations, leurs défis, leurs parcours et leurs expériences ou trouvez-vous cela épuisant ?

Comprendre que chaque personne est différente et apprendre ce qui la motive, ce qui la motive, ce dont elle a besoin au quotidien nécessite de s'intéresser à sa vie bien au-delà du travail.

Les gens changent et leur situation aussi. Un gestionnaire qui se consacre au bien-être réel de son personnel prend le temps de gérer ces nuances et de se connecter profondément avec son personnel. Ils interagissent avec les gens par véritable curiosité et demandent constamment :

  • Comment se sentent les membres de mon équipe ?
  • Pourquoi se sentent-ils ainsi ?
  • Quels sont leurs défis au quotidien ?
  • Les gens se sentent-ils à l'aise de me contacter ?
  • Que puis-je faire pour les aider à réussir ?

Être un gestionnaire nécessite d'établir une relation mentor-mentoré de responsabilisation et de responsabilité, de rechercher et de fournir des commentaires et de placer les besoins des autres au-dessus des vôtres. Cela nécessite une écoute active, l'apprentissage de leurs désirs les plus profonds et la recherche de moyens de relier les opportunités à leurs aspirations.

Julie Zhuo transmet un message très utile aux managers dans son livre, The Making of a Manager

Ce que vous réalisez rapidement en tant que manager, c'est que le moyen le plus efficace de mettre en place une équipe pour réussir à long terme est de se concentrer sur les personnes.

En résumé, si vous aimez travailler avec les gens mais que vous ne pouvez pas aller au-delà du mentorat et des conseils généraux pour être responsable de la croissance des gens et trouver une joie pure à voir les autres réussir, alors être un manager n'est peut-être pas le bon rôle pour vous.

RAISON #3 : Préférez-vous un monde assez prévisible ?

Le manager et le contributeur individuel s'efforcent de trouver des réponses aux problèmes, mais un manager doit faire face à de multiples inconnues qui ne sont pas directement sous son contrôle.

La gestion des problèmes de production, des plaintes des clients, des problèmes de personnel, des attentes commerciales, des évolutions du marché, des avancées technologiques, de la planification, des calendriers de livraison et de la croissance future peut être écrasante. Au lieu d'être embourbé par les exigences et les pressions de ce rôle, un manager doit apprendre à accepter ses défis comme un moyen d'apprendre et de grandir.

En tant que manager, vous devez découvrir par vous-même que la manière la plus efficace de gérer les parties prenantes est de travailler avec elles et non contre elles. Cela nécessite de s'intéresser au-delà de votre cercle de compétence pour comprendre d'autres fonctions, apprendre leurs défis uniques et les aborder avec un élément de confiance. Ce qui peut sembler irréalisable de l'extérieur peut sembler tout à fait raisonnable lorsqu'on l'aborde avec le désir d'écouter et de comprendre activement.

L'un des aspects les plus intéressants du passage d'un contributeur individuel à un manager est le changement d'attente entre l'obtention d'un retour immédiat de vos actions en tant que contributeur individuel et l'apprentissage à vivre avec la boucle de feedback retardée qui accompagne la responsabilité d'être un manager.

En résumé, si vous aimez travailler dans une zone que vous pouvez contrôler plutôt que de faire face à l'incertitude des décisions qui découlent de myriades de problèmes indépendants de votre volonté, alors vous ne voulez probablement pas être un gestionnaire.

RAISON #4 : Le conflit vous effraie-t-il ?

Quelle est la première pensée qui vous vient à l'esprit lorsque vous pensez aux conflits au travail ? L'évitez-vous ou trouvez-vous des conversations difficiles comme un moyen de grandir dans une organisation.

Un manager doit gérer des conflits dans la plupart de ses interactions - communiquer de mauvaises nouvelles à son équipe, partager des décisions importantes avec les parties prenantes, créer le bon équilibre entre les attentes de l'entreprise pour atteindre la stabilité de l'équipe, dire non aux idées qui ne correspondent pas aux objectifs à long terme , gérer de mauvaises performances, refuser une demande de promotion… la liste est interminable.

La gestion des conflits nécessite une communication ouverte et authentique avec le désir de résoudre efficacement les conflits. Cela nécessite de prendre position en faisant ce qui est juste plutôt que de se contenter de décisions faciles et d'opinions populaires, même si cela signifie que cela peut contrarier certaines personnes à court terme. Cela exige de poser des questions, de répéter des informations encore et encore, de rechercher et d'apporter des éclaircissements. C'est un travail difficile de s'assurer que vous êtes entendu tout en écoutant activement les points de vue des autres.

En résumé, si vous avez une propension à garder les autres heureux et à éviter les conflits au lieu de viser l'excellence par une insatisfaction constructive, alors vous ne voulez probablement pas être un manager.

RAISON #5 : Courez-vous toujours contre le temps ?

Le temps est la ressource la plus précieuse pour tout le monde. Il existe d'innombrables distractions qui n'ajoutent pas de valeur au travail. Les personnes qui n'apprennent pas à gérer leur temps s'y heurtent en passant d'une activité à une autre sans réfléchir consciemment et sans planifier comment cela les aide à atteindre leurs objectifs. Le temps n'est jamais suffisant pour ces personnes car elles attribuent leur occupation au manque de travail vraiment significatif.

Invoquer le manque de temps pour rendre une équipe inclusive au processus de prise de décision, ignorer des activités importantes telles que les commentaires, la planification future et l'embauche pour constituer la bonne équipe ne peut pas être une simple excuse pour une personne occupant un poste de direction.

En tant que gestionnaire, être responsable des personnes nécessite également de respecter leur temps, ce qui signifie que vous et votre équipe vous engagez à faire un travail qui correspond à leurs objectifs et les aide à réussir sur le lieu de travail. Les managers doivent utiliser la matrice d'Eisenhower pour réduire, planifier, déléguer et désencombrer le travail pour eux-mêmes, créant ainsi de meilleures opportunités pour leur équipe en leur confiant plus de responsabilités.

En s'efforçant consciemment d'apprendre du présent et d'être tourné vers l'avenir dans leur approche, ils peuvent créer le juste équilibre entre efficacité et efficience.

En résumé, si vous vous sentez responsable de votre temps mais que vous n'investissez pas dans la mise en place de pratiques qui aident les autres à maximiser leur potentiel, alors vous ne voulez probablement pas être un manager.

Cet article est une traduction française de do-you-really-want-to-be-a-manager écrit par Vinita.