Le CDI temps partagé : un contrat et plusieurs employeurs

Le CDI temps partagé n’est pas nouveau, mais il demande à être plus connu des entreprises et des salariés. Avec un contrat unique et plusieurs employeurs, les avantages sont nombreux des deux côtés, entre temps gagné, charges salariales optimisées et sécurité de l’emploi.

Le CDI temps partagé n’est pas nouveau, mais il demande à être plus connu des entreprises et des salariés. Avec un contrat unique et plusieurs employeurs, les avantages sont nombreux des deux côtés, entre temps gagné, charges salariales optimisées et sécurité de l’emploi. 

Le CDI temps partagé est revenu dans l’actualité à l’aune de la crise sanitaire et des conséquences sur l’emploi. Pour les entreprises, il s’agit d’avoir des employés quelques heures par semaine, répondant à leurs besoins. Pour les salariés, c’est l’assurance d’avoir un contrat complet et une rémunération fixe, bien que partagés entre plusieurs employeurs. Pour l’un comme pour l’autre, est-ce une bonne solution ?

Les principes du CDI temps partagé 

Certaines entreprises, en particulier les PME, n’ont pas la possibilité d’embaucher une personne à temps plein, mais seulement quelques heures par semaine. Et cela, soit en raison de leurs capacités financières ou bien uniquement de leurs besoins. C’est d’ailleurs dans le secteur agricole que le CDI temps partagé a émergé dans les années 80 pour combler les besoins lors des cultures.

En période de crise, qui nécessite d’avoir moins d’employés que d’ordinaire, le CDI en temps partagé est aussi une solution intéressante. 

En ETTP ou regroupement d’entreprises

Pour cela, les entreprises doivent se réunir au sein d’un réseau, dans un groupement d’employeurs(sous le statut d’association ou de société coopérative) ou devenir clientes d’une ETTP, soit une entreprise de travail en temps partagé. Dans les deux cas, ces entités centralisent les contrats de travail et se chargent elles-mêmes d’établir la rémunération. 

Les groupements d’entreprises et les ETTP sont par ailleurs une ressource pour les entreprises qui font appel à eux, en matière de RH, de rémunération, de formation, etc. 

Le temps partagé du point de vue du salarié 

  • Le principe du CDI en temps partagé signifie que le salarié ne perçoit qu’une seule rémunération sur le même bulletin de paie. Son métier et ses compétences doivent être identiques d’une entreprise à une autre. Un(e) comptable ou un assistant(e) de gestion, un(e) DRH peuvent par exemple occuper le même poste dans différentes entreprises.
  • Néanmoins, il peut arriver que des salariés choisissent le temps partagé en dehors d’un CDI unique, en cumulant plusieurs CDI à temps partiel par exemple. Dans ce cas, ils peuvent aussi cumuler les postes et les compétences. 

Les différences entre temps partagé et intérim 

Le CDI en temps partagé et l’intérim ont quelques points communs, mais ils reposent sur des principes différents : 

  • En premier lieu, l’intérim ne peut être utilisé que pour remplacer un salarié, répondre à un accroissement de l’activité dans l’entreprise, ou pour un emploi saisonnier. 
  • À l’inverse, le CDI en temps partagé est un poste pérenne qui nécessite un nombre d’heures dans chaque entreprise. Bien souvent, les salariés en CDI temps partagé ont deux à trois employeurs différents.
  • Le CDI en temps partagé offre plus de sécurité que l’intérim. En effet, les intérimaires sont soumis aux demandes de missions qui correspondent à leurs compétences en fonction des besoins des entreprises. De plus, ils sont rémunérés en fonction de leurs missions. 
  • Les salariés en CDI partagés sont quant à eux dans une sécurité de l’emploi plus forte avec un contrat unique. Bien sûr, il arrive que les entreprises n’aient plus besoin de ce salarié et que le contrat perde un employeur. Mais, dans ce cas, les groupements d’entreprises et les ETTP comblent le manque avec un nouvel employeur. D’une certaine manière, le CDI en temps partagé offre la même diversité que l’intérim, mais il apporte plus de sécurité.

À noter : les entreprises de travail temporaire peuvent également être des ETTP. 

Lire aussi : Le “prêt de salariés” toujours à la peine

Les avantages du CDI temps partagé 

Les avantages pour les salariés 

  • Le salarié en CDI temps partagé bénéficie des mêmes droits et des mêmes avantages que les autres salariés des entreprises pour lesquelles il travaille.
  • De plus, sa rémunération ne peut être inférieure à celle d’un autre salarié avec les mêmes qualifications.
  • Il conserve la sécurité de l’emploi et les avantages d’un contrat long avec un CDI unique. 
  • Il cumule diverses expériences au sein d’un même poste de manière accélérée. Les entreprises sont toutes différentes et les secteurs peuvent varier.
  • Il améliore ses compétences et son employabilité.

Les avantages pour les entreprises 

  • L’entreprise conserve le même employé à long terme, mais seulement le temps dont il a besoin chaque semaine.
  • Le groupement des entreprises mutualise les compétences. 
  • Le CDI temps partagé permet de ne plus avoir recours aux contrats courts qui nécessitent de nombreuses tâches chronophages et comptables. 
  • Une ETTP ou un groupement se chargent pour elle de réaliser les contrats de travail, les bulletins de paie. Elle n’a qu’à payer sa part à ce tiers. 

Les inconvénients du CDI temps partagé 

Les inconvénients du CDI en temps partagé sont finalement très peu nombreux. Ou plutôt, il n’y a pas d’inconvénient majeur si les compétences du salarié et ses envies correspondent à ce mode de travail. 

Bien sûr, une personne qui préfère un quotidien dans la même entreprise n’appréciera pas ce fonctionnement. Cependant, le CDI en temps partagé peut aussi s’inscrire dans une solution d’appointpendant un temps. 

Nos valeurs
Au sein de l’Observatoire de la Compétence Métier, notre ambition première est de remettre l’humain au centre de l’équilibre des entreprises.

Depuis sa création, l’Observatoire de la Compétence Métier s’est donné pour mission de fédérer et d’informer les professionnels et les particuliers sur la nécessaire préservation et promotion de l’humain ainsi que de la compétence métier en entreprise. Nous sommes en effet convaincus que la compétence métier et l’expertise des femmes et des hommes qui composent l’entreprise se révèlent à long terme un patrimoine inestimable.

Notre ambition, au travers de nos publications, est d’affirmer avec conviction que ces valeurs sont le véritable patrimoine de l’entreprise, la réelle valeur ajoutée et surtout la meilleure protection contre les dérives actuelles que sont la standardisation, la vision court-termiste et le nivellement par le bas des logiques d’entreprise.