Grands groupes dans la bataille sanitaire : l’adaptabilité des équipes de production

Outre les personnels en première ligne qui garantissent à la population de pouvoir être soignée, se nourrir, la crise sanitaire a mis en avant l'adaptabilité des équipes de production

Outre les personnels en première ligne qui garantissent à la population de pouvoir être soignée, se nourrir, la crise sanitaire a mis en avant l’adaptabilité des équipes de production. Dans une époque qui prône l’agilité des collaborateurs, soit la capacité à modifier ses processus pour répondre à une situation nouvelle, les employés de production ont prouvé la leur dans la crise sanitaire.

Au débotté, les entreprises qui fabriquent des couettes se sont lancées dans la fabrication de masques. Les grands groupes industriels et de luxe ont également mis leurs compétences au service du bien commun. Outre le consortium Air Liquide, PSA, Schneider Electric et Valeo pour la fabrication de respirateurs (actuellement au cœur d’une polémique sur la pertinence d’une majorité des modèles produits), des entreprises comme Louis Vuitton ont mis à contribution leurs collaborateurs pour fabriquer des masques qu’elles distribuent gratuitement aux professionnels de santé. Sur plusieurs sites en France, la production a ainsi changé pour coudre 100 000 masques. Les autres grands groupes de luxe ont pris la même décision. Chanel, par exemple, monopolise ses équipes dans ses ateliers de haute couture pour la confection de masques et de blouses.

Que ce soit au sein des maisons de couture, des entreprises industrielles ou des PME, les collaboratrices et collaborateurs, tout comme les « petites mains », ont montré leur capacité à se réinventer, à être agiles, dans une urgence globale. Et cela, malgré l’incertitude de la situation.