L’effet Dunning-Kruger et ses conséquences en entreprise

L’effet Dunning-Kruger peut être un frein au sein d’une entreprise, de l’embauche d’un nouveau collaborateur jusqu'à la gestion quotidienne du personnel.

Qui n’a jamais croisé au cours de sa carrière un collaborateur ou un supérieur hiérarchique dont les compétences semblaient limitées à l’inverse de son excès de confiance infini ? Ce phénomène porte un nom, c’est l’effet Dunning-Kruger. Ce collègue incompétent mais convaincu du contraire peut au fil du temps impacter sur la production et le bien-être au travail.

Comment définir l’effet Dunning-Kruger ?

David Dunning et Justin Kruger sont deux psychologues américains qui ont donné leurs noms à cet effet à la suite d’études et expériences sur le biais métacognitif. Celui-ci est directement lié à l’incapacité de mesurer ses propres compétences. Les résultats démontrent parfaitement le précepte de Darwin selon lequel “l’ignorance engendre la confiance en soi plus fréquemment que ne le fait la connaissance”. En effet, pendant leurs expériences, les personnes les moins compétentes se sont surestimées par rapport à leur niveau réel.

Voici les conclusions des deux psychologues :

  • Les individus trop confiants sont incapables de mesurer leur véritable niveau de compétences.
  • Ces personnes ont de grandes difficultés à reconnaître les compétences des individus qui les possèdent vraiment.
  • Ils ne peuvent pas mesurer leur degré d’incompétence dans un domaine.
  • Après une formation visant à améliorer leurs compétences, ils peuvent admettre leurs lacunes passées.

Quelles sont les conséquences de cet effet en entreprise et comment y remédier ?

L’effet Dunning-Kruger peut avoir un impact important et néfaste sur les relations entre collaborateurs et sur la qualité du travail produit. L’ambiance dans un service peut devenir soudainement lourde et tendue et cela peut nuire aux bonnes relations avec les clients et par extension à l’image de l’entreprise.

Pour remédier efficacement à l’effet Dunning-Kruger, la première chose à faire est de déceler sa présence chez un collaborateur. Différentes solutions sont ensuite possibles :

  • Revoir le système de management pour apporter régulièrement des retours aux équipes et collaborateurs.
  • Aider les salariés à identifier leurs points faibles et à les corriger avec des critiques constructives.
  • Démontrer qu’une autre solution peut être plus efficace et adaptée à la situation que celle initialement proposée.
  • Ne pas hésiter à encourager les progrès d’un collaborateur.
  • Proposer la mise en place de formations personnalisées pour développer les compétences.

L’effet Dunning-Kruger peut être un frein au sein d’une entreprise, de l’embauche d’un nouveau collaborateur jusqu’à la gestion quotidienne du personnel. Pour ne pas avoir un impact désastreux sur toute l’équipe, il est primordial d’apporter un changement efficace et déterminant du mode de management au sein de l’entreprise.

Découvrez notre dossier complet sur les Biais cognitifs en entreprise