Le syndrome FoMo en entreprise

À l'ère où l'information circule très rapidement à travers les réseaux sociaux, un nouveau comportement fait son apparition : le syndrome FoMo ou la peur de rater quelque chose, une nouvelle ou un événement par exemple. Comment ce syndrome affecte-t-il l'univers de l'entreprise ?

À l’ère où l’information circule très rapidement à travers les réseaux sociaux, un nouveau comportement fait son apparition : le syndrome FoMo ou la peur de rater quelque chose, une nouvelle ou un événement par exemple. Comment ce syndrome affecte-t-il l’univers de l’entreprise ?

Éclairage sur le syndrome FoMo

Le syndrome FoMo est l’acronyme anglais de « Fear of Missing out » qui signifie « peur de rater quelque chose, rater une occasion ». Les personnes qui souffrent de ce syndrome sont angoissées à l’idée de passer à côté d’un événement ou d’une information. Ce syndrome s’est propagé avec l’arrivée des réseaux sociaux et cette possibilité d’être au courant instantanément des nouvelles. 

En entreprise, il se traduit par un comportement excessif de la part du collaborateur. En effet, ce dernier cherche à se greffer à tous les projets pour ne pas passer à côté d’une opportunité. Il participe à toutes les réunions, même si cela ne concerne pas son travail actuel, au risque de se perdre dans toutes ces informations. Une telle manière d’agir a des répercussions au sein de l’entreprise.

Les conséquences sur l’entreprise 

Un collaborateur atteint du syndrome FoMo est un frein à l’entreprise sur le long terme. Déjà, son obsession de vouloir tout savoir et d’être sur tous les projets ne fait qu’augmenter la pression qu’il s’inflige et cela peut le mener au surmenage et au burn-out ou pire encore, à la dépression. Il aura tendance à comparer son parcours à celui des autres en voyant par exemple que les autres réussissent alors que de son côté il stagne. Cette angoisse est handicapante pour la productivité de l’entreprise et les résultats de l’équipe au sein de laquelle il évolue. 

De plus, le salarié perd son temps et gaspille son énergie à vouloir être omniprésent, ce qui le conduit à s’éparpiller et à commencer mille projets sans vraiment aller au fond des choses. Il accumule les erreurs car il s’engage aussi dans des projets où il n’a pas les compétences requises pour les mener à bien. Il est donc une menace pour la réussite de l’entreprise et crée un déséquilibre dans l’équipe en la rendant moins efficace. 

Pour le bien-être et la bonne productivité de tous, le manager se doit d’accompagner le collaborateur qui souffre de ce syndrome. Cela passe par la valorisation de son travail et la capacité à le responsabiliser en l’impliquant plus dans les projets.